Management : ce que les femmes peuvent apprendre aux hommes... et vice versa L'animation d'un réseau interne

réseautage : qui est le plus à l'aise ?
Réseautage : qui est le plus à l'aise ? © JDN

S'il est essentiel de construire et animer un réseau professionnel hors de l'entreprise pour bien gérer sa carrière, c'est également vrai à l'intérieur. "Les femmes ont peu conscience des luttes de pouvoir, des jeux politiques et du réseau informel. Elles n'ont pas naturellement cette volonté d'ascension et de conquête des hommes. Je ne crois pas au plafond de verre, j'estime qu'il s'agit plus d'une amiante du genre qui fait que dès leur début de carrière, plus de la moitié des femmes sont écartées de ces jeux d'influence", affirme Avivah Wittenberg-Cox.

 

Leur erreur capitale ? Préférer consacrer leur temps à travailler pendant que leurs collègues masculins commentent longuement le match de la veille avec leur patron. Elles ne comprennent pas qu'ils cultivent en réalité dans cette fraternité sportive l'occasion de mieux se faire connaître, ce qui les aide inévitablement à se voir ensuite confier des missions plus prometteuses. "Les femmes ont des scrupules que les hommes partagent rarement, considère Lois Frankel. Ils misent sans état d'âme sur leurs relations pour se faire ouvrir des portes et n'ont pas l'impression de léser qui que ce soit. C'est d'ailleurs exclusivement dans ce but qu'ils s'efforcent de bâtir et de construire un réseau de relations."

 

 Ce que les hommes peuvent apprendre aux femmes

A l'instar des hommes, les femmes doivent impérativement prendre conscience que l'entreprise est mue par un jeu de pouvoir et d'influence et que pour tirer son épingle du jeu, il est important de se construire un réseau d'appui en interne. Lois Frankel conseille de consacrer au moins 5 % de sa journée au bureau à construire un réseau de relations, en commençant par les personnes avec lesquelles elles partagent des centres d'intérêt.

Autour du même sujet