Résoudre les conflits avec son chef Je n'oublie pas qu'il est avant tout humain

Votre supérieur hiérarchique, celui-là même qui a la fâcheuse manie de débarquer dans votre bureau avec une pile de dossiers haute comme un bras le vendredi à 15h, est un être humain comme les autres. Certes, ce premier pilier peut paraître une évidence, et pourtant, il est incontournable. "Les hiérarchiques ne forment pas un groupe à part, doté de caractéristiques spécifiques. On peut d'ailleurs en devenir ou en être un soi-même", rappelle Caroline Secq, coach en développement personnel et formatrice au Collège de Polytechnique.

Garder cela à l'esprit permet d'éviter d'attendre trop de cette personne qu'est notre manager. "On ne peut pas avoir d'attentes surhumaines à leur égard. Ils ont des responsabilités mais connaissent les mêmes problèmes que nous. Par ailleurs il y a autant de type de N+1 que de manager."

 

"On ne peut pas avoir d'attentes surhumaines à l'égard des managers"

En allant un peu plus loin, ce constat nous rappelle que les conflits ne sont pas toujours imputables à l'autre. "La notion même de faute amène au conflit", explique Caroline Secq. Mieux vaut réfléchir à ses propres responsabilités." Inutile donc d'accabler votre chef de tous les maux lorsqu'il vous tend ses dossiers alors que justement ce soir vous aviez prévu de partir tôt. Au lieu de ressasser votre dépit en le fustigeant et en vous convaincant qu'il l'a fait exprès, cherchez une solution. "Gardez à l'esprit qu'il n'y aura aucun changement si vous ne le mettez pas en œuvre", considère Caroline Secq. Sans compter que vous ne savez pas combien de temps vous allez travailler avec lui : peut-être une année, deux, ou peut-être beaucoup plus.

Relations interpersonnelles / Gestion de conflit