... ou les ignorer

laissez-les suivre leur route ; ils verront bien où cela les mènera.
Laissez-les suivre leur route ; ils verront bien où cela les mènera. © alexandre zveiger - Fotolia.com

Steve Jobs n'appréciait pas les situations trop complexes, en particulier si elles exigeaient des concessions. S'il se retrouvait confronté à l'une d'entre elle, il se mettait totalement à l'écart. "Il devenait silencieux et ignorait les situations embarrassantes", a écrit Walter Isaacson. Il a employé cette tactique, pas très honorable mais extrêmement efficace, bon nombre de fois : avec Gil Amelio, alors directeur général d'Apple, qui lui demandait quel rôle il souhaiterait jouer dans l'entreprise - il ne pouvait tout de même pas lui répondre "Je veux ta place" - et avec Lisa, sa fille qu'il ne connaissait pas.

La mère de Lisa, Chrisann Brennan, a détaillé cette technique au biographe de Steve Jobs : "Un certain nombre de gens souhaitait voir préservée sa demeure de Woodside en raison de sa valeur historique, mais Steve voulait la détruire et y reconstruire une habitation avec un verger. Il a laissé cette maison à l'abandon pendant tellement d'années qu'il n'existait aucun moyen de la sauver. La stratégie qu'il a employée a été de s'investir et de résister le moins possible. C'est ainsi que la maison est tombée en ruine. Ingénieux, n'est-ce pas ? De même, Steve Jobs s'est efforcé de rabaisser mon efficacité et mon bien-être lorsque Lisa avait 13 ou 14 ans, afin qu'elle emménage avec lui. Il a démarré par une technique qu'il a abandonnée par la suite pour une stratégie moins compliqué qui était encore plus destructrice pour moi et plus problématique pour Lisa. Elle n'était sans doute pas d'une grande intégrité mais au final, il a obtenu ce qu'il voulait."