Prendre son mal en patience

Si les jeunes diplômés sont nombreux à se sentir surqualifiés, cela est souvent transitoire. © Katarzyna BiaÅ‚asiewicz-123RF
Selon les experts interrogés, il est dans certains cas de figure très difficile d'échapper à un sentiment de surqualification.
"Les jeunes diplômés se sentent souvent victimes de surqualification. Il en est fréquemment de même pour les personnes qui reviennent d'un congé parental ou encore d'un congé sabbatique. Dans ces cas de figure, l'impression de surqualification est souvent transitoire il n'y a rien à faire à part faire ou refaire ses preuves", estime la psychologue du travail Sabine Grégoire qui dirige le cabinet Sirius RH.
Un avis partagé par Emmanuel Fort directeur de Praxis coaching. "Dans certaines situation, il faut laisser du temps au temps. Cela se produit pour un junior encore un peu tendre pour devenir senior. Gardez à l'esprit qu'une entreprise n'a pas intérêt à placardiser quelqu'un et à ne pas s'appuyer sur son potentiel".