Il est temps de démissionner si...

Chaque poste a son lot d'inconvénients mais certains sont plus importants que les autres. Voici ce qui doit vous faire tirer la sonnette d'alarme.

Il existe de nombreuses bonnes raisons de quitter un emploi : vos valeurs ne correspondent pas à celles de votre employeur, vous ne vous entendez pas avec votre patron, vous n'êtes pas passionné par ce que vous faites, vous faites un burn-out, ou encore une meilleure proposition vous a été faite.

Le signe le plus révélateur qui indique qu'il est temps de jeter l'éponge c'est ce nœud à l'estomac que certains d'entre nous ont à l'approche de la fin du week-end, également connu sous le nom de "blues du dimanche soir".

Evidemment, nous ressentons tous occasionnellement cette angoisse propre au dimanche soir, surtout après un agréable week-end ou lorsqu'une semaine bien chargée vous attend. D'après un sondage du site Monster, 76% des américains en activité affirment avoir le blues du dimanche soir. Seulement, si vous passez tous vos dimanches soir angoissé, déprimé, terrorisé à pleurer sur votre canapé en préparant le mail que vous enverrez lundi à votre supérieur pour le prévenir que vous ne viendrez pas car vous êtes malade, c'est qu'il est probablement temps de passer à autre chose.

"Le blues du dimanche soir peut-être un phénomène commun pour tout le monde", explique Lynn Taylor, expert du monde du travail et auteur du livre : "Tame your terrible Office Tyrant: how to Manage Childish Behavior and Thrive in Your Job."

"Vous passez du plaisir au travail et les challenges quotidiens qui vont avec. Cependant, si vous vous sentez pris au piège, désespéré ou angoissé pendant des semaines ou des mois à l'idée de reprendre le travail le lundi, c'est le moment de vous lancer en quête de nouveaux horizons", estime la spécialiste.

Selon Lynn Taylor, écrire vos émotions permet toujours de rendre la situation plus claire. "Ce n'est pas la peine de rédiger un document élaboré, parfaitement organisé listant les points positifs et les points négatifs", explique-t-elle. "Il est parfois plus facile, plus sincère et plus efficace de griffonner vos pensées de manière assez libre, sans organisation, comme si vous aviez une conversation." Par exemple : "j'ai l'impression de devoir travailler dans cette entreprise sinon je…" ou encore : "je me sens mal quand je pense à la façon dont mon supérieur s'est comporté avec moi". "Lire ces phrases permet de mieux changer vos émotions en actions spécifiques", affirme-t-elle.

"La vie est bien trop courte pour gaspiller votre temps à un poste qui vous rend constamment stressé ou malheureux", ajoute-t-elle. "L'anxiété peut empiéter sur votre week-end et peut, en plus de gâcher votre bien-être et compromettre votre santé. Ce dont il faut absolument vous rappeler, c'est que vous avez plein de possibilités. L'avenir de votre carrière n'est limité que par votre imagination."

 

Article de Jacquelyn Smith. traduction de Soraya Bouznada, JDN.

Voir l'article original : "The biggest sign it's time to quit your job."

Autour du même sujet