Cet homme a trouvé l'astuce pour bien réseauter

Un journaliste, lauréat du prix Pulitzer, détestait réseauter. Jusqu'à la mise au point de sa stratégie.

Il y a environ un an, Charles Duhigg a pris de nouvelles fonctions au sein du New York Times après avoir travaillé plusieurs années en tant que reporter à la rubrique business.

En tant que responsable du "live journalism", il est chargé d'organiser des conférences, ce qui est très intéressant à une chose près. Il détestait les conférences. Pour lui, il s'agissait de moments gênants.

Duhigg a remporté un prix Pulitzer pour un reportage d'investigation en 2013 et a récemment publié son deuxième livre : "Smarter Faster Better" sur la science de la productivité.

Dans un récent épisode de l'émission "The James Alutcher Show", Duhigg a avoué avoir rencontré des difficultés avec le réseautage. Il a expliqué comment il s'est amélioré.

Avant, quand Duhigg assistait à des conférences, il finissait toujours par parler à la seule personne qu'il connaissait et ne rencontrait que les gens que celle-ci lui présentait.

Aujourd'hui, sa technique est de parler à 4 différentes personnes au cours des 10 premières minutes d'une conférence puis de retourner auprès des personnes qu'il apprécie vraiment pour continuer de discuter avec elles.

L'objectif qu'il a atteint est "d'avoir des conversations intéressantes et concrètes, mais également de rencontrer des personnes qu'il n'aurait pas rencontrées autrement", a-t-il déclaré.

Il a fallu du temps pour développer cette stratégie

Il lui a fallu du temps pour développer cette stratégie. Il a dû faire de nombreuses expériences avant de trouver une technique qui fonctionne.

Il avait d'abord décidé de trouver une personne et de discuter avec pendant 20 minutes. "Le problème c'est que c'est un peu étrange", a-t-il affirmé à Altucher.

Il a ensuite essayé d’enchaîner plusieurs brèves conversations à la suite ou de ne parler qu'à des groupes. "En fait, j'avais en quelque sorte l'air d'un tchatcheur".

Enfin, il a fini par adopter sa stratégie actuelle : "je vais être honnête, les conférences sont devenues géniales grâce à ça".

Le processus qui l'a conduit à sa technique de networking illustre parfaitement la phase d'expérimentation par laquelle vous devez passer pour trouver ce qui vous convient. C'est ce qu'il recommande à tout le monde de faire, quel que soit votre objectif personnel.

Cette technique est utilisable quel que soit votre objectif personnel

La clé est de considérer chaque expérience comme un apprentissage et non un échec. Imaginons, par exemple, que vous tentez d'élargir votre cercle social en allant dans un bar et en parlant à 5 inconnus. Duhigg affirme que, tant que vous vous tenez aux règles de l'expérience, vous n'en tirerez que du positif.

"Si j'apprends une chose que j'ignorais avant, si je rencontre une personne que je n'aurais pas rencontrée avant, même si je ne lui reparlerai jamais et que la conversation était étrange, est-ce si négatif que ça ? En fait, cela semble même intéressant".

Enfin, tout dépend de la ligne de conduite que vous adoptez. Etes-vous découragé par l'échec ou êtes-vous enthousiaste à l'idée d'apprendre et d'évoluer ? Optez pour la deuxième proposition et vous trouverez la motivation nécessaire pour atteindre vos objectifs.

 

Article de Shana Lebowitz. Traduction de Soraya Bouznada, JDN.

Voir l'article original : "A Pulitzer Prize-winning journalist confesses he hated networking at conferences - here's the strategy he used to get better at it".

Autour du même sujet