Voici la plus grosse erreur commise en entretien d'embauche

Aux yeux d’une spécialiste du recrutement, une erreur peut plomber un face à face bien engagé avec un recruteur. Le coupable ? La nouvelle technologie.

Arriver en retard est surement l'erreur la plus répandue par les candidats lors d'un entretien d'embauche.

Mais il se peut que la pire des choses à faire soit de ne pas être assez impliqué.

"Je voudrais dire que ce qui peut le plus plomber un face à face avec un recruteur, c'est de souhaiter que l'entretien se termine", témoigne Vicky Oliver, auteur des ouvrages "301 Smart Answers to Tough Interview Questions" et "301 Smart Answers to Tough Etiquette Questions", spécialiste en gestion de carrière qui a accompagné des centaines de personne en recherche d'emploi.

"Bien sûr, vous voulez que ça se finisse mais pendant que vous êtes en face de votre interlocuteur, vous devez faire en sorte d'être mentalement présent", estime la spécialiste.

Selon Oliver, il est difficile de rester mentalement concentré durant un entretien. Cela est notamment lié à "notre addiction collective à nos appareils mobiles". De fait, une étude récente menée par Microsoft suggère que nous avons désormais une capacité d'attention plus petite qu'un poisson rouge. Cela est en partie lié à la technologie moderne.

Depuis 2000 la moyenne d'attention d'un être humain est passée de 12 secondes à 8 secondes

Microsoft a découvert que depuis 2000, la moyenne d'attention d'un être humain est passée de 12 secondes à 8 secondes. Un poisson rouge perd sa concentration environ après 9 secondes. "Le grand nombre d'écrans fait qu'il est difficile de filtrer les stimulis qui ne sont pas pertinents. Nous sommes désormais plus facilement déconcentrés par tous les médias nous entourant", estime le rapport de l'étude.

Hélas, avoir des difficultés à se concentrer peut réellement nous porter préjudice lors d'un entretien d'embauche.

"Les recruteurs savent quand vous n'y êtes plus mentalement", souligne Oliver. Et votre distraction se traduit souvent par de l'impolitesse involontaire ou par des réponses vagues (vous ne répondez pas vraiment aux questions posées).

"Du coup, vous tombez de la mention TB à la mention B", dit Oliver.

Pour faire face à cette situation, les candidats ont besoin de travailler leur écoute en utilisant leurs yeux et leur cerveau. "Mais c'est mental. Et c'est vraiment primordial", assène Oliver.

 

Article de Rachel Gillett. Traduction par Lucas Jakubowicz, JDN.

Voir l'article original : One expert shares the biggest mistake people make during job interviews

Autour du même sujet