Le CHO, le responsable du bonheur dans l’entreprise

Responsable du bonheur ? Un métier rêvé. © rawpixel - 123RF
C'est dans les start-up américaines comme Zappos que sont nés les premiers CHO, pour Chief Happiness Officer, il y a quatre ans. Ces derniers sont responsables du bonheur des salariés dans l'entreprise. "Le bonheur est fondamental pour stimuler la productivité et fidéliser des cadres parfois très demandés par la concurrence", souligne Philippe Burger.
En France, le métier commence à être connu du grand public. Si pour certains le CHO relève du gadget, pour d'autres, il s'agit d'une vraie tendance. Toujours est-il que dans l'Hexagone des entreprises comme AlloResto, Payname ou La Maison des start-up pour ne citer qu'elles ont déjà leur CHO.
Pour occuper cette fonction, il n'existe pas de parcours typique : "Il peut s'agir d'anciens community manager, de responsables de la communication interne ou encore de responsables RH qui axent progressivement leur activité vers le bien-être des salariés", fait remarquer David Beaurepaire.