La médiation, une bonne solution ?

Attention, les alternatives comme la médiation sont souvent injustes pour le salarié. © rawpixel - 123RF
Comme le précise Frédéric Guiomard, "en Europe, depuis une dizaine d'années, une place de plus en plus importante est laissée à des procédés alternatifs de règlement des conflits".
En amont de toute procédure, il est possible de faire appel à un médiateur qui va essayer de résoudre le litige sans l'aide de la juridiction. Les lois Macron d'août 2015 donnent ainsi une large place à ces voies alternatives.
Pour le juriste, ces nouvelles voies sont "inquiétantes" au regard du droit du travail pour deux raisons : "La première est le coût d'une telle médiation. Il doit être supporté par les deux parties et c'est injuste car le salarié qui subit un licenciement ne demande que le simple respect de son droit. Ensuite, parce qu'est posée la question du respect du droit lui-même. En effet, le médiateur va régler le litige sans s'assurer du respect de certains droits publics et peut proposer, par exemple, un rappel de salaire inférieur au Smic ou ne pas  tenir compte des cotisations sociales qui sont censées être payées".