Les Français prêts à élire un startuper président de la République ?

Les Français prêts à élire un startuper président de la République ? Pour s'installer à l'Elysée, être un créateur de start-up est-il un atout ? Pas certain selon une étude menée par l'Ifop.

Agilité, vision, inventivité capacité de management… Les créateurs de start-up possèdent d'indéniables qualités. Celles-ci sont-elles suffisantes pour occuper le poste de président de la République ? C'est la question qui a été posée à 1 503 Français par l'institut de sondage Ifop dans le cadre de l'étude "Hacker la présidentielle 2017" réalisée pour France Digitale. Voici les principaux résultats mis en forme par notre partenaire Re.sources, le DataLab de l'emploi de Randstad.

Cliquez sur l'image pour zoomer. © Randstad

Pour environ 6 Français sur 10 (58%), un créateur de start-up ne pourrait pas être un bon président de la République. DAns le détail,  15% des Français ne sont pas du tout d'accord, 43% se déclarent seulement "plutôt pas d'accord".

42% des Français estiment qu'un créateur de start-up pourrait être un bon président de la République. Au total 8% d'entre eux sont même tout à fait d'accord pour mettre à la tête du pays un start-uper.

Une situation qui ne risque pas d'arriver en 2017 puisque sur les onze candidats en lice, seuls quatre ont un vrai parcours dans le secteur privé. Mais pas dans des start-up…

Et aussi

Présidentielles / Infographie Randstad