La lutte contre les contrats précaires

Les employeurs accusés d’augmenter la précarité paieront des malus. © bowie15 - 123RF
"Macron candidat de l'ubérisation". La lecture attentive du programme du nouveau président de la République permet de nuancer cette accusation portée par Marine Le Pen lors du débat d'entre deux tours. Le programme d'Emmanuel Macron souhaite augmenter le nombre de CDI en pénalisant les employeurs qui abusent des contrats courts : "Les employeurs qui entretiennent la précarité en recourant exagérément aux contrats courts paieront plus de charges, ceux qui créent des emplois stables en paieront moins". Le programme ne précise pas le montant des malus ni la situation qui exposerait les entreprises aux sanctions. Par exemple, impossible pour le moment de savoir si le recours aux stages en entreprise et aux alternants est concerné. Rien non plus sur le seuil à partir duquel un employeur serait sanctionné.