Les prévisions de l'emploi cadre en 2009 Des années difficiles jusqu'en 2013

Serait-il fini, le temps où menaçait la pénurie de cadres ? C'est ce que semble indiquer la dernière enquête prospective de l'Apec. Déjà en novembre, l'agence tirait les premiers signaux d'alarme en annonçant une baisse probable des recrutements en Europe de l'ordre de 4 %. La France, moins touchée, pouvait encore espérer une légère expansion. Ce ne sera donc pas le cas.

 

L'emploi cadre dans l'Hexagone s'est contracté de 4 % en 2008, essentiellement du fait des difficultés des quatre derniers mois. Mais c'est en 2009 qu'aura lieu le décrochage. Une simulation établie par les services de statistiques de l'agence estime à 17 % la chute du nombre d'embauches. Et quand on interroge les chefs d'entreprise, les pronostics ne sont pas meilleurs : - 10 % a minima, - 18 % pour les plus pessimistes.

 

Suivra une période de stagnation, avec des taux de progression voisins de zéro entre 2010 et 2012. L'embauche ne repartirait qu'en 2013, avec une progression de + 17 %. Il s'agit donc bien "d'un coup de frein brutal, après la période faste des années 2005-2008", note Gabriel Artero, président de l'Apec. A la crise économique et financière qui secoue l'ensemble des pays, s'ajoute un effet démographique, celui du ralentissement des départs à la retraite. Ils devraient se réduire de 12 % en 2009 et même de 22 % en 2010, avant de repartir.

 

L'Apec ne se veut pourtant pas catastrophiste. Aussi note-t-elle qu'en valeur absolue, "le volume des embauches devrait rester à un niveau élevé (...), le double de celui enregistré au début des années 90." On est en effet plutôt sur le schéma de l'éclatement de la bulle Internet, avec en 2009 des niveaux proches de ceux de 2002. A la différence que les entreprises ne devraient pas autant couper le robinet de l'investissement cette fois-ci. C'est en tout cas ce que l'Apec appelle de ses vœux.