Avoir un 3e enfant réduit fortement la possibilité de travailler des mères

Des résultats publiés récemment par l'Insee indiquent qu'avoir plus de deux enfants diminue la probabilité d'activité des mères d'environ 20 points et, lorsqu'elles sont en emploi, le nombre d'heures travaillées par semaine de deux heures. Avoir un troisième enfant n'a, en revanche, aucune incidence chez les pères. Cela illustre bien le fait que ce sont plutôt les mères qui affrontent simultanément responsabilités familiales et professionnelles.

L'étude révèle aussi que l'impact négatif sur l'activité des mères pourrait être d'autant plus important que les perspectives d'emploi et de salaire des mères sur le marché du travail sont faibles ou qu'elles doivent faire garder leurs enfants. Cet effet est ainsi particulièrement marqué pour les mères peu diplômées. Il perdure aussi lorsque les enfants grandissent et ne varie pas selon la taille de la ville de résidence.

On observe enfin que si les femmes sont entrées massivement sur le marché du travail (+ 18 points entre 1962 et 2005), leur taux d'activité varie toujours significativement en fonction de leur âge. L'écart de taux d'activité entre hommes et femmes est logiquement plus élevé dans la tranche d'âge où les femmes sont le plus concernées par la maternité. Il s'élève ainsi à 12,5 points pour les 25-49 ans alors qu'il varie entre 7 et 8 points pour les autres tranches d'âges.

Marché du travail