Savoir évoluer en interne Adapter votre candidature

Une candidature compréhensible et condensée

Si l'offre que vous convoitez a fait l'objet d'une annonce écrite, vous allez devoir mettre à jour votre CV et rédiger une lettre de motivation, comme lors d'un recrutement classique. Beaucoup de grandes entreprises font d'ailleurs appel à un cabinet de recrutement pour pouvoir le poste et votre candidature sera d'abord examinée par eux, au milieu d'autres provenant de personnes extérieures.

"Il faut expliquer ce que l'on a fait et qui nous a nourri, plutôt que ce que l'on na pas fait et qui nous a affamé"

Il faut donc de rester compréhensible de tous. Cette règle très générale s'applique d'autant plus à la mobilité interne : le candidat sera en effet susceptible de faire comme si son interlocuteur connaissait tout de son activité, du jargon utilisé, de ses partenaires professionnels. De même, ce n'est pas parce que le recruteur est censé s'intéresser à votre mission actuelle qu'il faut l'abreuver de détails la concernant dans votre candidature. Aller à l'essentiel pour ne pas lui faire perdre de temps reste un impératif.

 

Montrer sa motivation sans trop en faire

Dans la lettre de motivation comme durant l'entretien, il s'agit de bien réfléchir à la manière dont on va présenter son bilan et ses compétences. Pas de mensonge, bien entendu, mais attention aussi aux embellissements. Il est ainsi difficile de survendre ce que l'on a fait dans son poste précédent à un manager de l'entreprise qui sait en détail comment elle fonctionne. S'attribuer à part entière un projet sur lequel on n'était qu'adjoint est une stratégie qui peut fonctionner en externe mais qui est très dangereuse en interne.

 

La manière dont on présentera sa candidature à son futur manager potentiel sera déterminante. Même si vous souhaitez montrer votre motivation à quitter votre poste actuel, ni critique gratuite ni dénigrement n'ont leur place dans cet échange : il faut toujours s'imaginer que l'interlocuteur peut s'identifier au manager que vous critiquez et prendre vos remarques personnellement. Mieux vaut donc s'autocensurer et tenir un discours constructif. "Il faut expliquer ce que l'on a fait et qui nous a nourri, plutôt que ce que l'on na pas fait et qui nous a affamé", résume Robert Zuili.

Autour du même sujet