Cadres : les erreurs à éviter en temps de crise Je dis adieu à mes projets de carrière

"Avec cette crise, je peux tirer un trait pour longtemps sur la promotion dont je rêvais tant..."

 

Pas de fatalisme en la matière : contrairement à ce que l'on peut penser, cette période est justement propice à redonner un coup de booster à votre carrière. Faites en sorte que le rapport de force change.

 

"Se porter volontaire à un plan social peut faire basculer le rapport de force en votre faveur"

"Pour un cadre de 40-45 ans qui travaille depuis une quinzaine d'années dans une grande entreprise, que cela fait 7 à 8 ans qu'il est dans son poste et qu'il ressent une certaine lassitude ou une impression de tourner en rond, il ne faut pas hésiter à profiter d'un plan social pour faire rebondir sa carrière", assure Bernard de la Hosseraye.

 

En effet, ces départs permettent aux cadres de toucher des indemnités de l'ordre de 1 à 2 ans de salaire, mais également de bénéficier d'un accompagnement efficace pour la recherche d'un nouvel emploi, via de l'outplacement. "Et dans la plupart des cas, les cabinets en charge de l'outplacement des cadres sont contractuellement dans une logique d'obligation de résultats."

 

En d'autres termes, les conditions sont optimales pour tenter d'amorcer un virage dans votre carrière. Il ne faut donc pas hésiter à se porter volontaire. Quel est le risque ? Si votre employeur refuse de vous inscrire dans le plan de licenciement, le rapport de force change en votre faveur : "cela vous prouve que vous avez une bonne employabilité. Il vous est alors possible de reparler des conditions de votre poste, son périmètre, ses conditions de rémunération, etc.", confie Bernard de la Hosseraye.

Licenciement