Tout abandonner pour réaliser son rêve Isabelle Papillon : elle a ouvert un salon de thé dans le Sud

isabelle papillon, gérante du salon de thé joke and co
Isabelle Papillon, gérante du salon de thé Joke and Co © I. Papillon

C'est en décembre 2006 qu'Isabelle Papillon a décidé de tourner la page de la vie parisienne après trente ans de carrière au sein d'un groupe pétrolier. Elle est aujourd'hui gérante d'un salon de thé dans le centre d'Avignon. A son compte, au soleil et heureuse.

 

Qu'est-ce qui a motivé votre décision de changer de vie ?

Isabelle Papillon. Au départ, c'est une volonté de changer ma vie personnelle. Je voulais partir dans la région d'Avignon. Je travaillais alors comme acheteuse pour les activités de raffinage d'un groupe pétrolier. Il a donc fallu que je prenne aussi un nouveau départ dans ma vie professionnelle. Mon objectif initial était d'ouvrir des chambres d'hôtes dans la région. Après avoir donné ma lettre de démission, je me suis rendue sur place pour réaliser une étude de marché. J'ai alors constaté que ce ne serait pas rentable, notamment du fait des prix de l'immobilier dans cette région et du changement de législation : la loi venait de limiter à cinq le nombre de chambres que l'on pouvait proposer en chambres d'hôte dans une maison. J'ai ensuite envisagé l'ouverture d'une saladerie en centre-ville, sur le modèle de ce que je voyais autour de moi à La Défense où je travaillais. Mais le marché n'était pas là non plus. Finalement, j'ai saisi l'opportunité quand un salon de thé s'est vendu en centre d'Avignon.

 

Quelles difficultés avez-vous rencontrées ?

Apprendre un nouveau métier est un défi. Je n'avais jamais créé d'entreprise. Il a fallu en passer par toutes les démarches administratives et surtout le montage du dossier de demande de financement. C'est tout un travail. Mon expérience passée m'a à ce titre été très utile : je savais présenter un dossier, en allant à l'essentiel, en sachant deviner les attentes de mon interlocuteur. Je me sers également de cette expérience passée lorsque je gère mes employés et lorsque je traite avec mes fournisseurs. Bien sûr, on parle de factures de 1 000 euros et non plus d'un million mais les réflexes de négociation sont là !

 

Comment a réagi votre entourage quand vous avez décidé de partir ?

isabelle papillon dans son salon de thé à avignon
Isabelle Papillon dans son salon de thé à Avignon © I. Papillon

Dans mon entourage professionnel proche, les gens s'inquiétaient de me voir tout changer en même temps : ma vie personnelle et ma vie professionnelle. Ils appréhendaient ce qui allait se passer. Moi pas, j'y croyais. Et je ne suis pas déçue. Je fais complètement autre chose mais cela me plaît : c'est en contact avec les gens, dans une région magnifique ; je vis à la campagne mais avec le dynamisme culturel d'une ville comme Avignon. Et très important : avec le soleil. Cela facilite beaucoup l'adaptation et remonte bien le moral quand il le faut !

 

Quels conseils donneriez-vous à des personnes tentées par l'aventure ?

Ne pas se précipiter sur la démission comme je l'ai fait. Il existe beaucoup d'aides pour ce type de projets, les congés sabbatiques ou pour création d'entreprise notamment. Le groupe dans lequel je travaillais aidait aussi les salariés qui voulaient se mettre à leur compte. Il faut bien se renseigner avant, préparer son projet, surtout son dossier bancaire et ne pas hésiter à se faire aider.

Autour du même sujet