"Pourquoi n'avez-vous pas travaillé pendant aussi longtemps ?"

que vous n'exerciez aucune activité ne signifie pas que vous êtes paresseux. 
Que vous n'exerciez aucune activité ne signifie pas que vous êtes paresseux.  Mais c'est à vous de le démontrez au recruteur. © oporkka - Fotolia.com

Pourquoi vous pose-t-on cette question ? "Les recruteurs font exprès d'être sceptiques, explique Lynn Taylor. Parfois vous resterez coupable à leurs yeux jusqu'à ce que vous soyez innocenté." Il s'agit d'une question intimidante, particulièrement parce qu'elle peut sembler insultante. Elle peut révéler votre manque de motivation à obtenir le poste, le fait que vous soyez distrait par d'autres projets, que vos compétences ne soient pas à jour, qu'il y ait un problème avec vos précédents employeurs...

Pourquoi est-ce une question piège ? La tournure de cette question a évidemment pour but de tester votre détermination. Le tout est de ne pas se laisser piéger et de simplement répondre à la question de façon simple et formelle.

Quelle est la réponse attendue ? Le recruteur veut s'assurer que vous possédez un sens de l'initiative même en cas de chômage. Exemples de réponses : "J'ai régulièrement des entretiens d'embauche, mais je veux trouver le poste idéal avant de me lancer et de me donner à 110% comme j'ai l'habitude de le faire." Ou bien : "Je recherche activement des emplois tout en maintenant mes capacités à niveau pendant ce temps-là [cours, volontariat, médias et réseaux sociaux]." "Si vous prenez le temps de faire du social, vous pouvez sans doute le mentionner sans donner trop de détails", affirme Lynn Taylor. Assurez-vous de paraître responsable. Ne blâmez pas les chiffres du chômage, le marché, l'industrie ou quoi que ce soit d'autre. Il s'agit de montrer à quel point vous êtes actif et motivé à l'idée d'apporter  votre contribution à l'employeur.