L’intelligence émotionnelle, un atout dans les relations de travail

Les émotions sont encore loin d’avoir bonne presse dans nos sociétés. Pourtant, identifiées, analysées et canalisées, elles se révèlent de précieux indicateurs pour interagir efficacement avec les autres.

L’intelligence émotionnelle gagne du terrain dans le monde de l’entreprise, car ses atouts sont nombreux. Au niveau du savoir-être, elle permet de mieux gérer son stress, de prendre de meilleures décisions et de mieux aborder le changement. En termes de relationnel, elle favorise les capacités à travailler en équipe, à négocier, ou encore à faire preuve de leadership.
Mais avant de bénéficier des atouts de l’intelligence émotionnelle, faut-il encore comprendre exactement ce qu’elle recoupe.
Je la définis en trois habiletés :
La première
consistant à savoir percevoir, distinguer et exprimer ses émotions. La deuxième : à savoir intégrer les informations qu’elles nous donnent pour guider nos actions.
La troisième, enfin à pouvoir contribuer à réguler les situations émotionnelles et démontrer de bonnes capacités relationnelles.

L’intelligence émotionnelle se développe !

Tout commence par avoir une conscience bienveillante de ses émotions. Il est également important d’écouter son ressenti physique, car les émotions sont rattachées au corps et à la pensée, pour ensuite les gérer, une étape beaucoup plus subtile car elle suppose de bien distinguer chaque émotion et de trouver leur message.
Plus subtile, mais loin d’être inatteignable, car l’intelligence émotionnelle se développe avec de l’entraînement, coaching, formation, groupes de partage, pour progresser il est capital de côtoyer des personnes déjà entraînées à l’intelligence émotionnelle.

Autour du même sujet