La "tête dans le guidon", et après ?

Pour gagner une course il faut avoir du rythme, de l’endurance et surtout de la motivation. Si courir est dans l’absolu une bonne stratégie pour gagner, ce n’est peut-être pas la meilleure quand les courses s’enchaînent, qu’on ne voit plus le paysage et qu’on oublie pourquoi on pédale.

Courir pour l'ivresse

Connaissez-vous ce sentiment de quasi ivresse qu'est celui d'avoir la "tête dans le guidon" ? Au bureau ou à la maison, les affaires sont traitées à un rythme effréné comme on avale des kilomètres de bitume. Vous résolvez des problèmes tous azimuts, prenez des décisions non-stop, le regard rarement tourné vers l'extérieur. Vous filez avec agilité mais le corps tendu tel un Amstrong d'entreprise dopé aux hormones de café. Il y a du plaisir parfois dans ce stress qu'on vous vend pour un gage d'efficacité... Voyez-vous la ligne d'arrivée ? Apercevez-vous le mur qui se dessine au loin ?

Tenir compte des obstacles

Tête baissée, on voit rarement les obstacles qui menacent d'interrompre notre course.  Plus on va vite, plus le choc est violent. Dans le réel, les obstacles prennent des formes variées : manifestations physiques (soucis de santé, de concentration...), psychologiques (difficultés émotionnelles, colère, sentiment de vide), sociales et familiales (maladresses, négligences, communication houleuse, distance, évitement, frustration ..)... et le choc fait vibrer parfois jusqu'à l'éclatement le monde que vous avez si consciencieusement bâti.

Faire une pause pour revenir à soi

Alors, si vous êtes de ceux qui ont la tête dans le guidon, prenez le temps de faire une pause (inspirez/expirez longuement !) , de regarder les visages autour de vous (souriez avec présence !) et faites le point sur :

le sens de votre course (A la fin de votre vie/de votre carrière, quel sera le souvenir le plus important pour vous ?),
la ligne d'arrivée que vous souhaitez atteindre (Que voulez-vous avoir accompli envers vous-même/envers votre « sponsor » ?),
l'énergie qu'il vous faut pour tenir jusqu'au bout (Respectez-vous vos valeurs, celles qui vous donnent de l'énergie ?).

Revenir à soi est la condition sine qua non pour préserver l'équilibre tant dans sa vie professionnelle que personnelle.

Identifier vos 5 valeurs prioritaires

Il ne s'agit pas forcément d'arrêter de courir mais de savoir si cela a un sens qui vous nourrit ou s'il s'agit d'une agitation exclusivement dictée de l'extérieur qui vous épuise. Une valeur c'est une croyance à propos de ce que vous devez incarner dans votre vie pour jouir du profond sentiment d'exister. Par exemple si votre valeur numéro un est de préserver l'environnement et que vous vendez des pesticides qui polluent les rivières, vous aurez sans doute du mal à vous sentir épanoui malgré un entretien annuel gratifiant et un compte en banque bien garni. Quelles sont vos valeurs ?

Suivre la bonne direction

Chaque fois que vous vous sentez irrité ou vide malgré l'accumulation de plaisirs, richesses, succès, c'est que vous n'avez pas respecté une de vos valeurs. De quoi avez-vous besoin concrètement pour actualiser vos valeurs ? Votre course "tête dans le guidon" vous permet-elle de vérifier que vous prenez la direction vers VOTRE ligne d'arrivée ? Prenez-vous le temps de vérifier les changements de paysage et de modifier votre rythme et votre trajectoire ?

Tout le monde a envie de gagner la course de sa vie en franchissant la ligne le regard étoilé, balayant les traits chaleureux de ceux qui ont cru aux valeurs que nous incarnons. Courons soit ! Mais dans la bonne direction !

Autour du même sujet