Externaliser le développement export : une solution pour les PME françaises

Comment développer son activité à l’export de manière efficace, avec peu ou pas de ressources en interne, une volonté farouche d’entrepreneur conquérant tout en mesurant les risques au démarrage ?


Il existe aujourd’hui plusieurs solutions à la disposition de nos PME, le principe de base étant :
  • identifier,
  • comprendre,
  • analyser,
  • conquérir son nouveau marché en limitant les charges en interne et en s’entourant efficacement.
Nous l’avons entendu à maintes et maintes reprises ces dernières années : les PME françaises ne sont pas les championnes de l’export ! De nombreuses campagnes de promotion ont été lancées dernièrement pour encourager les PME à franchir les barrières de l’international et se lancer dans la course aux nouveaux marchés. La question qui est au cœur des préoccupations ou réflexions des entrepreneurs est la suivante : exporter oui, mais comment ?

Quels sont les moyens financiers nécessaires au développement export des PME ?

Le gouvernement français, au travers notamment de la BPI, ainsi que d’autres organismes tels que la COFACE ont mis en place des dispositifs permettant de soutenir les PME dans leur démarche.
Cette dynamique est encourageante et reflète une véritable volonté du gouvernement à multiplier les efforts auprès des PME. Une vérité ne doit, cependant, pas être écartée: l’export représente un investissement pour les PME et toutes subventions, aides, assurances prospection sont des soutiens considérables et non pas des prérequis.
Alors comment développer son activité à l’export de manière efficace, avec peu ou pas de ressources en interne, une volonté farouche d’entrepreneur conquérant tout en mesurant les risques au démarrage ? Il existe aujourd’hui plusieurs solutions à la disposition de nos PME, le principe de base étant : identifier, comprendre, analyser et conquérir son nouveau marché en limitant les charges en interne et en s’entourant efficacement. En d’autres termes, nous parlerons ici d’externalisation du poste export. Il s’agit donc de faire appel à un « coach » externe capable de diagnostiquer le potentiel export de la société, d’analyser les marchés porteurs, de positionner une stratégie export sur ces marchés cibles et de lancer un plan d’action en identifiant et prospectant les futurs partenaires d’affaires directement dans le pays.
Ainsi, les PME françaises ont à leur disposition un grand nombre d’acteurs indépendants en France et à l’étranger désireux de les soutenir de manière opérationnelle dans leur démarche. Le temps partagé est une des solutions : faire appel à un chef de zone export sur des missions ponctuelles et une durée limitée pour développer l’activité export. La société d’accompagnement à l'export en est une autre : une équipe d’experts et un réseau international à la disposition des PME pour répondre à des problématiques clairement identifiées ou externaliser le projet export de manière transverse en procédant étape par étape de la préparation jusqu’à la signature des contrats.
Enfin le VIE est aussi une solution efficace et adaptée pour les structures en mesure d’encadrer et d’orienter l’activité de son jeune représentant dans le pays (un plan d’action export ayant été déjà validé en interne).
Quelle que soit la méthode d’accompagnement adoptée, le fonctionnement de ce dispositif repose sur la fusion entre l’expertise produit/service de la PME et les compétences, méthodes et réseaux à l’international de son « coach ». Une relation de confiance se met alors en place, valeur clé et indispensable au succès d'un développement à international !

Autour du même sujet