Fédérer ses collaborateurs : un rêve de manager

Motiver et fédérer ses collaborateurs vers un objectif commun : Le but rêvé d'une organisation et de son manager. Mais pourquoi tant de réflexions sur ce thème ? Pourquoi tant de questions et d'interrogations sur le mot : fédérer ?

Aujourd'hui, que se passe-t-il face à des situations tendues ? Face à des doutes ? Surtout face à un avenir incertain qui dure dans les entreprises...
J'ai la chance d'exercer dans diverses organisations publiques et privées.  En qualité de consultant, je recueille des avis divers côté collaborateurs et côté dirigeants. Il est parfois surprenant de voir que la vision de la réalité n'est pas la même (selon le côté dans lequel on se trouve).
LA question qui se pose et qui reste toujours la même : comment fédérer ses équipes autour d'objectifs communs ? Comment impliquer des équipes pour les motiver et les rendre plus performantes ?
Hélas, dans un contexte peu favorable et surtout avec une visibilité réduite, la PEUR s'installe avec le doute. L'implication et la motivation semblent venir bien après.
C'est à ce moment là que doit se construire l'équipe. Le groupe ne fera que renforcer les divisons pour empêcher la "motivation collective".

Côté dirigeant

L'implication des collaborateurs dépend de leur motivation à être présents et  produire pour l'entreprise. Le collaborateur doit être motivé car il travaille pour son entreprise.
Des responsables d'équipes disent aussi clairement : " Si mon collaborateur n'est pas content, il va voir ailleurs".
Un peu réducteur comme principe managérial. Régner par la peur n'a jamais permis de résoudre les problèmes. encore moins des problématiques de motivation ou d'engagement.
D'autres dirigeants arrivent à fédérer des équipes. Heureusement. Mais la tâche est rude. L'énergie à déployer est considérable. La motivation personnelle, l'envie de vouloir construire SON équipe doit être le facteur déterminant pour le manager.

Côté collaborateur

L'implication ou "être fédéré autour d'un objectif" dépend avant tout de la visibilité, de l'avenir, de la sécurité annoncée de son emploi et  de la reconnaissance dans le travail. Il existe des collaborateurs heureux. Mais attention, cela peut aussi être très éphémère.
La première question qu'un responsable d'équipe ou dirigeant devrait se poser en priorité c'est : travaille-t-il avec un groupe ou une équipe ? De ce constat, nous pourrons définir les facteurs de réussite pour impliquer collectivement ses collaborateurs.
  • Une équipe : Tous ensemble pour gagner : Réussir ensemble pour atteindre l'objectif demandé. S'aider mutuellement et surtout mutualiser nos efforts.
  • Le groupe : Chacun a son objectif à atteindre. Le but commun n'est pas la priorité. Chacun travaille pour son objectif personnel et celui de son entreprise.
(Les définitions de ces deux termes sont nombreuses, j'ai préféré le définir avec mes mots).
Pour un jeune manager, un jeune créateur d'entreprise, ou un dirigeant expérimenté, la question reste la même : Arriver à fédérer pour réussir à être FORT et PUISSANT face à l'incertitude et au doute. Affronter les "peurs" ensemble. Se donner les moyens de réussir grâce à l'envie de combattre.
Ces mots sont très "guerriers" mais hélas indispensables pour fédérer aujourd'hui ses collaborateurs.
L'environnement ne donne pas de cadeaux, résister fait preuve de force et de courage.
Le manager , le responsable d'équipe doit-il se transformer en "commandant" d'armée ? Certainement pas.

La personnalité du manager sera le facteur clé de réussite

En effet, le manager doit aujourd'hui ( En dehors de ses années d'études... car pendant les études, rien n'a été prévu dans les programmes pour donner une solution sur ce thème avec les éléments de contexte actuel) :
1. Dynamiser ses troupes en communiquant son énergie. Donner "ENVIE" de le suivre.
2. Impliquer et savoir reconnaître les qualités recherchées de ses collaborateurs
3. Donner du SENS à son action avec un objectif clair et précis.
4. Communiquer sous toutes ces formes pour informer et garder "le lien" avec ses collaborateurs.
5. Être présent avec un management de "proximité" réel et sincère.
6. Soutenir, accompagner ses forces vives pour davantage renforcer la cohésion de ses troupes. Être plus fort ensemble.

Si vous répondez positivement aux 6 critères énoncés

Vous pouvez déjà partir avec un contexte favorable à la motivation collective. Sans ces principaux critères, l'ambiance se détraque, la motivation s'envole et chacun pense à son objectif personnel.
L'aptitude à communiquer reste et restera un "pouvoir d'adhésion collectif".
De nombreux managers n'ont pas appris à communiquer et n'ont pas développé cette faculté.
Dommage, ils démobilisent, démotivent et poussent les collaborateurs (sans équipe) vers la souffrance au travail.
En synthèse : fédérer ses collaborateurs : Oui ? mais avec la condition d'avoir construit une équipe autour de soi. Le risque de motiver individuellement ne sera pas un facteur positif à long terme, il va diviser plutôt que rassembler. Communiquer en période de doute ou d'incertitude sera le levier principal pour fédérer. Donner du sens pour que chacun puisse se retrouver dans l'objectif : Un langage compris par tous va aussi permettre de bien accepter l'objectif donné.
Être présent pour renforcer la cohésion, mais aussi savoir "OFFRIR" des moments collectifs chaleureux vécus ensemble (Type anniversaire, fêtes ...).
Si déjà les facteurs clés sont présents, si ces petits gestes ou attentions sont effectués : l'équipe est en marche.






Autour du même sujet