La culture d’entreprise, cela se cultive !

Pensez-vous qu'il soit possible de donner une recette pour réussir à construire une culture qui permettrait à une entreprise d'être performante ? Découvrez les 4 compétences clés nécessaires pour obtenir une culture solide.

Utopie ou non sens direz-vous peut-être, car une culture d'entreprise se doit d'être spécifique, propre à l'entreprise, en ligne avec les valeurs qui sont les siennes. Impossible alors ? Nous allons pourtant vous recommander quelques ingrédients que nous avons retrouvés maintes fois dans la plupart des sociétés qui réussissent.
Pour commencer clarifions le terme "culture" :
Pour faire simple, une bonne définition serait tout simplement de dire que c'est la façon dont les choses se passent dans l'entreprise. Il s'agit de règles écrites et non écrites qui dictent le comportement des gens dans l'entreprise. Souvent présentées sous la forme de Mission ou de Valeurs, on trouve la plupart du temps des règles souhaitées telles que l'autonomie et la prise d'initiatives, la responsabilité et l'engagement, le travail en équipe... pourtant lorsqu'on observe ce qu'il se passe réellement, la réalité est bien différente: ce sont des règles telles que ne pas prendre de risques, ne pas faire de vagues, travailler dans son coin....
Tout comme un ordinateur a besoin d'un système d'exploitation (Windows !) pour pouvoir fonctionner, une entreprise nécessite elle aussi un genre de "système d'exploitation" pour gérer sa culture.
Appelé en anglais "Cultural Operating Systems" ou "COS", il s'agit de l'environnement qui va permettre à l'entreprise de systématiser sa culture, la façon de faire les choses et d'atteindre le niveaux de performance souhaité. A notre avis, l'un des plus grands différenciateurs dans les années à venir.

Qu'est ce qu'un bon COS, alors ?

  • La recette est-elle identique, quelle que soit l'industrie ?
  • La géographie ?
  • Quels en sont les ingrédients communs ?
Les recherches ont montré que des entreprises aussi diverses que des restaurants, des hôpitaux, des fabricants de meubles ou le service public ont besoin de compétences clés pour réussir dans les 2 challenges majeurs actuels qui sont de se réinventer par de l’innovation et de satisfaire ses clients au travers d’une exécution parfaite. Lorsque ces compétences cruciales sont présentes les choses tournent et s’améliorent quotidiennement. Lorsque ces compétences ne sont pas présentes, le système bugue et s’enlise dans la médiocrité.

4 compétences clés sont nécessaires pour obtenir une culture solide

  • Au niveau de l’individu : être capable de se remettre en cause, de s’adapter, de changer;
  • Au niveau interpersonnel : être capable de se parler, se dire les choses et régler les problèmes;
  • Au niveau des équipes : faire preuve de responsabilité totale (accountability) pour l’équipe;
  • Au niveau de l’entreprise : être capable d’engager  les troupes grâce à un leadership influent.

Pourquoi ces 4 compétences sont-elles si importantes ?

" … Les règles non écrites dans la plupart des entreprises sont  de résister au changement… "
Les règles non écrites dans la plupart des entreprises sont  de résister au changement. La plupart des leaders rencontrent le cynisme et la léthargie plutôt que l’enthousiasme et l’engagement. Qu’on le veuille ou non un changement au niveau de l’entreprise passe forcément par un changement personnel. Saviez-vous que moins de 20 % des managers seulement  disent de leurs équipes qu’elles sont capables de changer ?
Parallèlement, le manque de dialogue, le conflit ou l’ajournement sont les premières causes de mauvaises décisions, de désengagement ou manque d’innovation.
Lorsque responsabilité rime avec position ou pouvoir, l’entreprise est confrontée à des situations où trop peu d’engagements sont tenus. Dans un COS déficient, les gens se cantonnent à leur domaine  et ne disent rien lorsqu’ils ont conscience d’un problème car ils estiment qu’il n’est ni de leur ressort, de leur autorité ou de  leur pouvoir de faire quelque chose.
Pour finir, une des constante dans la plupart des situations que nous rencontrons, est le cynisme général dans l’entreprise vis à vis des dirigeants face à leurs difficultés de mettre en œuvre des mesures de changement. Un cynisme ambiant est  une menace de taille car les gens décident la plupart du temps de ne pas bouger et d’attendre comme à l’accoutumée que la dernière idée à la mode s’en aille d’elle même. Dans les entreprises dans lesquelles les dirigeants sont en mesure d’influencer de manière intentionnelle un changement systémique, on trouve une culture basée sur la confiance, un optimisme dans l’avenir et les performances possibles.
Toute entreprise fonctionne avec un COS. Est-ce que la vôtre a le bon ?

Innovation