Gestion du temps et organisation personnelle : 10 défauts à corriger

La gestion du temps est l’un des thèmes favoris du JDN, et fait l’objet de nombreux stages pour les cadres et dirigeants. Contre quoi, contre quelles tendances faut-il lutter lutter pour se rendre maître de son temps ?

« Jamais je n’ai pu m’assujettir au temps, aux heures. Les heures sont faites pour l’homme, et non l’homme pour les heures. », François Rabelais (1483-1553) Gargantua.
Du même François Rabelais, génial créateur des bons géants Pantagruel et Gargantua :
  • « Le temps mûrit toutes choses ; par le temps toutes choses viennes en évidence ; le temps est père de la vérité. »
  • Le temps nous révèle ses vérités sur nous-mêmes, et (souvent cruellement !) nos défauts de prévision et d’organisation.
Voici une formule classique de Voltaire qui a été donnée à commenter à divers concours :
« Maîtriser son temps, c’est se maîtriser soi-même », Voltaire (1694-1778).
Une bonne façon de se rendre efficacement maître de son temps, c’est tout simplement de recenser et corriger ses défauts en ce domaine.
Nous vous proposons une liste de 10 expressions ou propositions… à vous de voir si vous vous y retrouvez : quels sont ceux de vos défauts qui apparaissent, quels sont les plus graves (ou les moins graves), quels sont ceux qui devraient s’ajouter à cette liste.
Vous pourrez alors compléter la liste, puis effectuer divers classements personnels. Par exemple, composer des listes de 10, 15 ou 20 points. Puis opérer des classements par séries de 3 ou 4 ou 5 points. Outre l’intérêt de l’analyse personnelle (introspection) et de la réflexion, cela pourra vous servir à établir de petits (ou grands !) programmes d’actions pour vous corriger.
Vous pourrez ensuite inviter vos proches (famille et amis, ou collègues de travail) à effectuer le même exercice, comparer les résultats, et en discuter ensemble :
  • le regard des autres confirme-t-il ou infirme-t-il votre liste initiale ?
  • Et pourrez-vous conduire des actions en commun ?
  • Pour améliorer la vie de famille et/ou les performances de l’équipe de travail.
 Exemples de défauts graves… et malheureusement fréquents ?
1. Agir sans discernement et de façon brouillonne. Au coup par coup et dans le désordre.
2. Butiner au hasard, sans plan établi… Cela vaut, par exemple, pour les lectures comme pour les achats. Cela peut être agréable, mais aussi dangereux… et c’est peu efficace !
3. Changer trop souvent son fusil d’épaule, se laisser aller à l’instabilité.
4. Désorganiser ce qui avait pourtant été bien préparé. Par soi-même… et pire encore si c’était en équipe !
5. Expédier n’importe comment ce qui devrait être réalisé avec soin et dans le bon ordre, bâcler le travail.
6. Faire n’importe quoi, au gré de son humeur ou des événements.
7. Gaspiller son temps et son énergie.
8. Hacher menu son temps de travail et multiplier les petites tâches pointillistes.
9. Initier n’importe quoi à contretemps, sans réflexion, ou pire encore au détriment des bons plans pré-établis.
10. Jouir bêtement du temps perdu et de son propre désordre, et plus grave encore du désordre créé ou du temps perdu pour les autres.

Notre recommandation : multiplier ce type de petits exercices.
Nous les pratiquons fréquemment lors de nos séminaires et cours du soir (prépa concours, formation continue et promotion sociale). C’est très stimulant intellectuellement. Ce sera utile et agréable à conduire en famille et avec les amis.
Et penser aussi à divers types d’utilisation : par exemple, cela pourra vous être très bénéfique dans la conduite d’entretiens professionnels.
Une technique de présentation astucieuse… que vous trouverez fréquemment sur le JDN.
  • Chaque initiale correspond à un mot-clé : substantif, adjectif ou verbe … et des amateurs distingués en composent même avec des adverbes. Certaines lettres sont « difficiles »   par exemple K  ou W X Y Z.
  • Si vous les « économisez » :vous pouvez proposer 21 mots-clés… avec des formules particulièrement opportunes du genre « 21 mots-clés pour le XXIe siècle ».
Une belle citation et une maxime forte pour terminer
Le JDN a publié récemment une très belle chronique ainsi intitulée : « Être heureux au travail, comment y arriver ! »
Mme Fanny Bauer-Motti, coach et consultante en psychologie des entreprises, créatrice à Londres d’un Cabinet de conseil, définit ainsi le « bon investissement » : le bon investissement.
« S’investir dans son travail, c’est avant tout une démarche personnelle et non collégiale. Avant d’attendre des autres, c’est de soi-même que doit venir le changement. Si la réussite est une collaboration de potentiels, la passion et l’investissement qui en découlent sont avant tout un atout individuel qui, par la suite, se partage. »
Si vous êtes toujours pleinement motivé, en principe une bonne organisation viendra d’elle-même… et vous n’aurez pas le souci des défauts à corriger.
Et sa chronique du JDN se conclut par cette forte maxime : "Organisez votre emploi du temps dans une visée d’épanouissement".

Avancement / Formation continue