3 qualités chez les personnes avec lesquelles j'apprécie le plus travailler

Il y a quelques semaines, j'ai partagé le diagramme de Venn dans une mise à jour de statut. Avec plus de 20 000 Likes et commentaires sur LinkedIn, et plus de 2 000 retweets et favoris sur Twitter, il s'agit de la mise à jour la plus populaire que j'ai effectuée jusqu'ici.

Suivre l'auteur sur LinkedIn  

A la suite de quoi j'ai pensé qu'il serait intéressant d'ajouter quelques détails supplémentaires concernant le diagramme en question.
Tout a commencé lors d'une réunion au cours de laquelle une brillante équipe exposait son projet pour une hypothétique initiative qui aurait beaucoup d'impact. A mi-parcours, elle a calculé les résultats attendus au bout de trois années. Admettons que ces membres aient fait preuve d'un esprit conservateur, leurs objectifs se situaient bien loin de ceux auxquels je m'attendais de leur part, compte tenu de l'opportunité et des capitaux en jeu.
Sans hésitation, j'ai mis l'équipe au défi de multiplier leurs objectifs sur le long terme par 20. Sans chercher à savoir s'ils parviendraient à remplir ces objectifs ou non (je pensais que oui), le but était de les obliger à voir plus grand, sans contraintes et de susciter en eux la question "qu'est-ce que cela impliquerait ?"

Voir grand

Souvent, les gens avec qui j'apprécie le plus de communiquer font partie de ceux qui voient à très grande échelle, sans s'imposer de limites. Cette vision des choses, lorsqu'elle est bien structurée, peut être très inspirante, transformer la façon de procéder d'une équipe par rapport à un problème spécifique et, au bout du compte, modifier la trajectoire d'une société. Au cours de cette réunion particulière, j'ai noté deux mots très simples pour résumer cette qualité : "voir grand", avec l'intention de diffuser le thème plus largement.

Faire le sale boulot

Presque immédiatement après avoir lu ces mots, je me suis rendu compte que le message était incomplet. L'équipe qui présentait son projet ce jour-là était peut-être un peu traditionnaliste, il n'empêche qu'elle avait également une crédibilité et un potentiel élevés, ainsi qu'une liste de résultats à son actif. Exiger l'excellence est une valeur importante à nos yeux; une valeur que je ne prendrai jamais pour acquise ou existante de par le simple fait de penser à grande échelle. Demander aux gens de voir grand sans leur en donner la possibilité ne participait pas seulement à ce sentiment d'inachèvement, il entraînait la conséquence involontaire de faire des promesses en l'air sans pouvoir un jour les tenir.  
Si un projet est réellement inspiré, il sera confronté aux sceptiques, aux dubitatifs et autres individus qui risquent de menacer sa réalisation. En conséquence de quoi, il se trouvera toujours des obstacles pour se dresser sur la route de son accomplissement. Certaines des personnes les plus compétentes avec lesquelles j'ai travaillé savent de quelle façon passer outre ces entraves grâce à leurs ressources et leur volonté. En d'autres mots, elles savent accomplir les tâches difficiles. J'ai ajouté ces mots à mes notes, ai tracé des cercles qui se chevauchaient autour de "Voir grand" et "Faire le sale boulot" et ai songé combien cela était précieux de pouvoir travailler avec des personnes qui se situaient à la jonction des deux.

Savoir se divertir

Il m'a alors traversé l'esprit que je connaissais un certain nombre de personnes qui incarnaient cette capacité à voir grand et à faire le sale boulot, mais qui se révélaient également être des collègues difficiles à côtoyer. Protégées peut-être par l'immense valeur qu'elles apportaient à leur société respective, elles n'avaient jamais cultivé la capacité de diriger avec compassion, ou ne s'en étaient même jamais souciées. Au lieu de ça, elles agissent à leur manière et s'attendent à ce que tout le monde s'adapte à leurs procédés. Le plus souvent, les gens se comportent de cette façon.
Bien que son fonctionnement ait été prouvé dans certaines société fameuses, il ne s'agit pas d'un modèle extensible, reproductible ou nécessaire et, de mon point de vue, il n'est pas drôle (il s'agit de mon opinion parce que certains avanceront que la victoire est amusante, quels que soient les moyens employés).
Je suis arrivé à un stade de ma carrière où j'ai envie d'être entouré de gens qui ne partagent pas seulement une vision des choses, mais s'engagent réellement à soutenir la politique et les valeurs de leur entreprise. Ils forment une équipe, ne se prennent pas trop au sérieux et savent "se détendre". Suite à cela, j'ai ajouté un troisième cercle au diagramme de Venn.
A la jonction de ces trois cercles se situent les collègues que j'apprécie le plus. Je suis extrêmement reconnaissant de pouvoir les côtoyer tous les jours.

------------
Traduction par Floriane Wittner, JDN.
Cette chronique traduite par le JDN a été publiée via le programme Influencers de LinkedIn, où s'expriment près de 500 leaders d'opinion. Retrouvez la version originale en anglais ici.

Autour du même sujet