Les bonnes et mauvaises raisons de changer d'emploi

Le marché du travail est en ébullition, c'est peut-être le moment d'actualiser votre profil LinkedIn. Cette action simple peut indiquer aux membres de LinkedIn que vous envisager de changer d'emploi; ne soyez donc pas surpris si, en conséquence, on vous propose de nombreuses opportunités professionnelles.

Suivre l'auteur sur LinkedIn  

Ne réagissez pas de manière excessive. Quitter un poste pour minimiser les dégâts ne doit pas être la raison primaire pour en accepter un autre. Cette idée est illustrée par la Grille du Chercheur d'Emploi.
La moitié inférieure décrit les raisons pour lesquelles les gens envisagent de changer de travail.
La moitié supérieure, quant à elle, explique pourquoi ils accepteraient les annonces qu'ils rencontrent. 
Ces éléments de motivation positifs et négatifs sont divisés en facteurs extrinsèques (sur le court terme) sur la gauche et en facteurs intrinsèques (sur le long terme), sur la droite. 
Au moment de changer d'emploi, nombreux sont ceux qui accordent trop d'importance à ce qu'on leur promet au moment de démarrer à un nouveau poste – une place, un emplacement, le prestige de l'entreprise et des avantages financiers. Bien que positifs, ces éléments ont une durée de vie courte et si le poste ne représente pas un changement de carrière sur le long terme, la satisfaction professionnelle que vous éprouvez déclinera rapidement, remplacée par des facteurs négatifs.
J'ai baptisé cette période le "cycle vicieux" du mécontentement, des mauvaises performances et des changements. La grille de décision peut aider les personnes à la recherche d'un emploi à effectuer des choix de carrière plus pondérés, même s'ils sont sous pression et ont mis la main sur des offres alléchantes.
Songez à changer d'emploi lorsque les éléments négatifs intrinsèques empiètent sur les éléments positifs.
Relisez rapidement les descriptions des quatre catégories. Il est évident que si votre emploi ne mène "Nulle Part", vous devez en changer sans attendre. Si le "Train-train quotidien" vous déprime, vous devriez réfléchir à des solutions mais changer de poste ne devrait être qu'une option parmi plusieurs.
Le gros problème avec la majorité des chercheurs d'emploi, c'est que lorsqu'on leur propose un poste, ils ne disposent pas de suffisamment d'informations pour pouvoir prendre une décision de carrière sur le long terme. La faute en revient largement à la société et aux responsables du recrutement impliqués dans le processus. Dans leur course à pourvoir des postes aussi rapidement que possible avec le meilleur candidat qui se présente, peu d'intérêt est accordé au poste en question et aux opportunités qu'il représente.
Dans ce cas, il revient au candidat de faire preuve de perspicacité afin de déceler que ce qui est visible à la surface peut représenter un changement de carrière pertinent, mais que ce qui se cache juste au-dessous pourra être la raison pour laquelle vous désirerez changer d'emploi l'année prochaine. Voici quelques astuces pour effectuer vos propres choix de carrière avec soin.

1. Comprendre les vraies attentes du poste. Demandez à votre recruteur de définir de réels objectifs de travail. Si vous sentez que ce dernier est réticent, demandez-lui "quel est l'objectif le plus important qu'une personne à ce poste doit atteindre pour être considérée comme productive ?" Poursuivez jusqu'à clarifier les attentes de ce poste, les compétences requises, les ressources disponibles et l'importance du poste en question.
2. Transformez "avoir" en "être". Si la personne énumère une liste de compétences ou pose des questions tordues, demandez-lui comment ces aptitudes seront employées. Si le recruteur hésite sur ce point, cela peut indiquer que le poste n'a pas été défini de manière suffisamment explicite.
3. Découvrez pourquoi la place est disponible. Le but est de savoir si le poste en question comporte un problème inhérent ou si l'absence de personnel est la conséquence d'un changement positif.
4. Informez-vous sur la dernière personne à avoir exercé ce poste. Il s'agit souvent d'un indice concernant la capacité du responsable à sélectionner les personnes appropriées pour l'emploi proposé.
5. Renseignez-vous sur l'évaluation de vos performances. Inquiétez-vous si le recruteur se montre vague ou désengagé. Les responsables sérieux sont capables de vous décrire leurs attentes au sujet du personnel recruté.
6. Parcourez l'organigramme de l'entreprise. Identifiez les membres de l'équipe et les personnes pour qui vous travaillerez. Vous voudrez en rencontrer certaines avant d'accepter une proposition. Si l'on vous place à la tête d'une équipe, cherchez à savoir quelles sont ses qualités et quelles sont vos possibilités de la remanier.
7. Demandez au recruteur quelle est sa vision du département et de l'emploi proposé. Cela vous renseignera sur les capacités du recruteur, ses aspirations et sur le potentiel du poste vacant.
8. Examinez le style de gestion de votre responsable. Cela peut être un problème s'il se montre trop directif ou laxiste, trop réactif ou organisé, s'il se révèle être un mentor ou un super ingénieur etc. L'essentiel est de vous assurer que votre style de travail correspond à celui de la personne pour laquelle vous travaillerez ou si vous risquez d'être déçu d'ici quelques mois.
9. Mettez le doigt sur la politique réelle de l'entreprise. Demandez à toutes les personnes que vous connaissez comment sont prises les décisions, à quel point l'entreprise apprécie les changements, quelle est l'intensité du travail, quelle est la politique de la société et la modernité des infrastructures. Ne vous laissez pas berner par les banalités et les déclarations fantaisistes.
Lorsque vous envisagez de changer d'emploi, ne vous laissez pas emporter par votre désir de quitter votre entreprise actuelle ou par la société dans laquelle on peut se faire beaucoup d'argent et ce qu'on vous propose au démarrage. L'importance de ces éléments sera moindre au bout de trois à six mois. Au contraire, concentrez-vous sur ce que vous apprendrez et les tâches que vous aurez à exécuter, les gens avec lesquels vous travaillerez et de quelle façon tout ceci concorde avec vos perspectives de carrières et vos besoins professionnels. C'est ainsi que vous empêcherez le "Train-train quotidien" de prendre trop d'ampleur et votre emploi de vous mener "Nulle part", pour éviter qu'il n'agisse de votre prochaine excuse pour changer d'emploi.

Traduction par Floriane Wittner, JDN.
Cette chronique traduite par le JDN a été publiée via le programme Influencers de LinkedIn, où s'expriment près de 500 leaders d'opinion. Retrouvez la version originale en anglais ici.

Recrutement / Motivation