En réunion, méfiez-vous de ces remarques qui vous discréditent

Ah, les réunions. Personne ne les supporte, mais personne ne peut s'en passer. Se sentir bien au bureau est important, bien évidemment. Côtoyer d'autres personnes est généralement bénéfique pour l'humeur et dans l'idéal les réunions devraient fournir une source d'énergie, d'idées et d'atmosphère collégiale.

Suivre l'auteur sur LinkedIn  


Mais ce n'est pas toujours le cas. Les réunions sont souvent l'occasion de manœuvrer pour obtenir une meilleure place, de résoudre les problèmes (de façon pragmatique ou non) et de heurter les sensibilités.
Lors de mon précédent emploi, j'évoluais dans un environnement où les réunions étaient monnaie courante. Au bout de quelques temps, j'ai constaté qu'une personne me mettait systématiquement en colère et sur la défensive – sans parvenir à trouver pourquoi. Elle ne s'en était jamais prise à moi, elle était plutôt sympathique en fait. Telle était mon opinion, en tout cas. Je me suis alors penché plus attentivement sur ses propos.
Si vous êtes agacé ou rabaissé au cours d'une réunion, étudiez laquelle de ces stratégies vous conviendrait le mieux. Et si vous ne souhaitez pas faire de même avec vos collègues, évitez ce qui suit.

1. "Je n'ai pas besoin de tous les détails. Allons droit au but"

L'énonciateur sous-entend que les autres ne sont que des pinailleurs étroits d'esprit, en se gardant la possibilité de clarifier les détails complexes.

2. "Bien, ce sont les faits"

Cela souligne que les faits mentionnés sont complexes, tout en impliquant que les autres sont distraits par les préjugés, les sentiments ou les hypothèses.

3. "Vous avez sans doute raison"

 L'énonciateur semble ouvert d'esprit mais, dans le même temps, il ébranle l'autorité et la crédibilité de la personne.

4. "Je réfléchissais à… Max, charge-toi de cela pour nous s'il te plaît"

 La personne prouve son habitude à prendre des décisions réfléchies, tout en chargeant Max d'effectuer le travail nécessaires pour les accomplir (même si celui-ci n'évolue peut-être pas sous ses ordres).

5. "Tu as fait du bon boulot, Max !"

 La personne témoigne d'une attitude positive, mais elle se place également en position de juger et de s'abaisser au niveau de Max (je dois reconnaître qu'il m'est arrivé de faire la même chose une fois, et j'en étais tout à fait conscient ; j'étais furieux après un collègue et je l'ai complimenté avec exagération au cours de la réunion suivante à laquelle nous assistions, il est devenu fou).

6. "Je crois que ce que Max tente de nous dire est…"

L'énonciateur montre qu'il est attentif et qu'il accorde de l'intérêt aux propos des autres. Néanmoins, il montre aussi qu'il est capable d'expliquer la pensée basique de Max alors que lui n'y parvient pas.

7. "Je sais pourquoi vous pensez à cela." Variante : "J'avais la même opinion"

La remarque semble bienveillante, mais indique que l'énonciateur a depuis longtemps franchit le stade de la compréhension.
Bien sûr, un individu peut s'exprimer ainsi sans pour autant chercher à être condescendant. Cela dépend du contexte et de la motivation. Toutefois, il est utile de réfléchir à quel point certaines remarques anodines peuvent être blessantes.

Quels autres éléments peuvent vous mécontenter au cours d'une réunion ? 

  • Deux personnes qui s'échangent des mots ou font des messes basses;
  • un collègue qui est manifestement absorbé par quelque chose qui n'est pas en rapport avec le sujet;
  • des gens qui débattent d'un sujet philosophique absolument hors contexte;
  • ou encore une personne qui vérifie furtivement son téléphone.
Qu'est-ce que j'oublie ?

Traduction par Floriane Wittner, JDN.
Cette chronique traduite par le JDN a été publiée via le programme Influencers de LinkedIn, où s'expriment près de 500 leaders d'opinion. Retrouvez la version originale en anglais ici.

Autour du même sujet