Les règles de la promotion

Obtenir une promotion est un objectif commun dans la vie professionnelle. Mais mieux vaut chercher non pas la promotion mais votre propre évolution ! Voici cinq règles d’or qui vous aideront à construire votre ascension professionnelle et, en route.

Règle n°1 : Cessez d’attendre une promotion  

Pourquoi ? Parce que cela vous met en attente de la hiérarchie. Cela vous met dans une position à la fois de vulnérabilité et de devoir prouver vos talents. Encore et toujours faire vos preuves. Or, si vous êtes toujours au poste où vous êtes  aujourd’hui, c’est que vos preuves vous les avez déjà faites.

 

Et lorsque l’on est en position d’attendre une promotion, finalement, concrètement, on attend que quelqu’un sur l’échelle hiérarchique prenne une décision en votre faveur. C’est cette attente qui vous rend servile ou docile. On n’attend pas une promotion, cela doit aller de soi, et si elle ne vient pas il faut savoir partir ou construire ailleurs.

 

C’est lorsque votre hiérarchie sentira un positionnement intérieur de la sorte qu’ils auront envie de miser sur vous.  Les gens qui inspirent sont ceux qui savent où aller, ceux à qui on indique le chemin et qui restent à cette place allouée auront toujours tendance à faire du sur-place. Pourquoi ? Parce que tout le monde, y compris votre hiérarchie, misera bien plus sur un individu qui inspire que sur celui qui suit. Ne soyez pas un suiveur.


Règle n° 2 : Diversifiez vos sources de savoir  

Cherchez à apprendre. Des tâches que vous répétez au jour le jour. Des interrogations que cela produit sur vous. De ce que vous ressentez au travail. Des relations humaines. Donnez-vous un savoir large et pluriel. Si vous restez concentré uniquement sur les objectifs de votre entreprise vous commettez deux erreurs. De une : vous restez coller aux objectifs de votre entreprise et vous passez à côté de vos propres aspirations à vous. De deux : vous serez similaire à ces milliers de petites fourmis qui fournissent une tâche jour après jour, sans y trouver un sens singulier et propre à leur aspiration personnelle.

 

En d’autres termes, plus vous ferez de votre lieu professionnel un lieu de savoir le plus global qui soit, plus vous travaillerez sur vous-même, et vos compétences deviendront polyvalentes. Pour apprendre à être leader, avant tout il faut connaître les variables psychologiques du relationnel et avoir un savoir pluriel du terrain. Rentabilisez votre temps à la recherche de l’évolution. Votre évolution à vous en terme de personne professionnelle et c’est de ce pas que vous construirez la prochaine étape de votre ascension professionnelle.

 

Règle n°3 : Ayez des stratégies psychologiques  

Il ne s’agit pas de devenir manipulateur, il s’agit de comprendre. À qui vous avez affaire, qui travaille avec vous, qui travaille contre vous ? Comprendre non pas pour agir en marchant sur autrui, surtout pas, sans éthique on n’arrive à rien, mais comprendre qui ou quoi éviter pour construire en toute tranquillité votre ascension professionnelle. Comprendre où avancer son pion et quel terrain éviter.

 

En d’autres termes, si par exemple vous étiez trop « doux » avec votre boss qui cherche à avoir de l’estime pour celui qui travaille pour lui,  vous risqueriez de jouer la mauvaise carte. Mais si vous étiez « doux » avec ce boss craintif et gentil, alors peut-être là vous le rassureriez par votre positionnement sans rapport de force possible. Autre exemple : si vous bossez des heures et des heures et que vous l’affichez face à un de vos collaborateurs qui travaille très vite et de manière efficiente… votre labeur ne sera pas vu comme un élément en votre faveur, mais cela soulignera la rapidité de votre collaborateur. Ce pourquoi il est préférable que personne ne sache à quelle vitesse vous réalisez telle ou telle tâche, mais nous en parlerons dans un prochain article.

 

Une carte ne peut se jouer que lorsque l’on connaît à qui l’on affaire en face. Comme dans toute relation d’ailleurs. Prenez en compte vos fragilités et celles d’autrui. Prenez en compte vos forces et celles d’autrui.

 

Règle n°4 : Ne soyez pas froussard  

La peur. Nous en parlons beaucoup au fil de nos articles, car elle est une de nos principales limites et se décline sous mille et une formes. Peur de l’échec, peur de déplaire, peur de rater, de ne pas atteindre ses rêves, d’être frustré, etc.. Si vous avez compris à quel point vos peurs vous empêchent de vous révéler, maintenant comprenez en quoi elles vous limitent dans la quête d’évolution professionnelle. « Avoir peur » vous rend docile et prisonnier de votre job dans les regards qu’autrui porte sur vous. Comprenez de quoi vous avez peur et hâtez-vous de mettre en place vos stratégies pour vous en détacher. Plus on est libre intérieurement plus on inspire aux autres de miser sur soi. Pourquoi ? Parce que, finalement, tout le monde a ses propres peurs, et les individus qui avancent sans crainte, inconsciemment rassurent. Ne plus avoir peur est un très long chemin, fait de recherche et de compréhension de soi et du passé qui nous façonne.

 

Mais quand vous vous détacherez de votre peur et des appréhensions, alors enfin l’horizon professionnel paraîtra sans limites. Car comprenez bien une  chose, votre plan de carrière, la suite de l’histoire est écrite par vos soins. Si cela vous semble long, travaillez à trouver un moyen de rendre le chemin plus court. Si cela vous semble impossible, cherchez les étapes qui ouvrent l’océan des possibilités, si cela vous semble trop risqué trouvez votre parachute. Mieux vaut passer des heures à travailler sur ses aspirations que de les passer sur des heures supplémentaires faites avec la certitude erronée que plus on travaille mieux on sera vu et le plus on sera promu !

 

Règle n°5 : Ayez une vision globale  

Ne vous contentez pas de penser à votre évolution au sein de l’entreprise, et ce n’est que lorsque cela tarde à venir que vous vous pensez ailleurs. Ou que vous songez au départ. Non. Vous devez avoir déjà en tête un plan A, un plan B et un plan C. Et que chacun de ces plans vous rapproche de votre rêve. Pas de plan par défaut donc, mais des chemins différents qui ont comme visée commune vos buts professionnels premiers.

 

C’est donc une vision globale à se donner, qui dépasse les portes de votre compagnie. Vous devez le plus possible être au courant des opportunités à grande échelle, ce qui est possible ici ou là-bas. Quel poste vous donne envie ? Ou vous voyez-vous dans dix ans ? Cherchez votre voie sans attendre de réponse concrète dès le début. Plus vous vous questionnerez plus vous vous trouverez.  

Autour du même sujet