Piloter efficacement sa vie et sa carrière, c'est possible

Selon un adage bien célèbre, on ne peut pas avoir tout dans la vie. Pourtant un sens stratégique développé nous permet de concilier efficacement sa vie personnelle et sa carrière. Ces quelques pistes devraient vous aider.

Alors que nous savons exceller lorsqu’il faut créer un mécanisme de pilotage stratégique de nos entreprises et de nos organisations, la plupart des gens ont tendances à laisser à leur vie et leur carrière au hasard. L’argument le plus souvent avancé pour ne pas passer à un pilotage stratégique de sa vie et de sa carrière, c’est que l’on ne peut pas avoir tout dans sa vie. Mais puisque lorsque nous sommes de plus en plus convaincus que lorsque certaines conditions sont créées, il est possible d’atteindre n’importe quel objectif organisationnel, commercial et technologique, la même certitude peut être développée dans la gestion de notre vie personnelle et professionnelle.  Si vous entendez créer et systématiser un mécanisme qui vous permette de provoquer les résultats que vous désirez dans votre vie et dans votre carrière, travaillez à internaliser les attitudes suivantes.

Savoir constater à chaque fois que les bons résultats que nous avons sont liés aux bonnes attitudes et habitudes que nous avons instaurées

L’une des caractéristiques majeures des gens à succès, c’est qu’ils savent clairement que leur attitude peut les élever ou les faire descendre aux enfers. Ils savent constamment accepter et intégrer le fait que la bonne attitude ne ment pas. Si vous avez la bonne attitude, vous aurez les bons résultats correspondants à votre bonne attitude. Vous ne pouvez pas avoir obtenu ce projet confié par ce client par hasard. Vous avez dû avoir fait la bonne chose, ce que la plupart des autres n’ont pas fait ou n’ont pas su garantir qu’ils feront. Pourquoi cet enfant a-t-il du mal avec tout le monde mais est si docile avec vous ? Vous avez su manifester la bonne façon de s’y prendre avec lui. Pourquoi est-il si facile pour vous de vous réveiller le matin ? Vous avez su instaurer de bonnes attitudes et habitudes avant d’aller vous coucher et vous avez à chaque fois la bonne réaction quand il est l’heure de vous réveiller.

Savoir constater à chaque fois que les mauvais résultats que nous avons sont liés aux mauvaises attitudes et habitudes que nous avons instaurées

Si vous connaissez la loi de la fenêtre et du miroir, elle dit que la qualité d’un leader dépend de vers où il regarde suivant que les choses tournent bien ou mal. Et justement les bons leaders regardent dans leur propre miroir lorsque les choses tournent mal et examinent clairement l’attitude inadéquate qu’ils ont pu avoir face à l’une ou l’autre situation. Les mauvais leaders regardent par la fenêtre pour voir en quoi l’environnement et les gens d’en bas ou d’en haut les ont empêché de produire du résultat. Ils agissent ainsi parce qu’ils oublient que c’est nous-mêmes qui déterminons le niveau d’influence et de résultat le plus élevé que nous pouvons atteindre en fonction de notre attitude. Pourquoi vous n’avez pas du résultat avec ce collaborateur alors qu’il est entré dans votre service avec un excellent historique de performance ? Vous n’avez pas la bonne attitude avec lui. Pourquoi ce prospect hésite-t-il à vous confier ce projet ? Vous n’avez pas encore la bonne attitude qui le rassure. Comme il est dit, notre attitude est la barrière ou le couloir.

Spécifier clairement ce que nous devons arrêter de faire

Jim Rohn, philosophe américain de l’efficacité personnelle, disait que si vous êtes à un endroit et qu’il ne vous convient pas, vous devez bouger parce que vous n’êtes pas un arbre. Il précise que nous ne pouvons changer le climat, ni le vent, encore moins les attitudes des autres mais s’il y a une seule chose dont nous avons la responsabilité, c’est notre propre attitude. Piloter stratégiquement notre vie et notre carrière consiste à savoir à chaque fois ce que nous devons changer, éliminer ou poursuivre pour produire des niveaux supérieurs de résultat. L’utilisation de notre temps et de nos autres ressources n’est pas pour autant le plus gros défi que nous avons à relever. S’il y a une chose à quoi nous devons absolument faire attention, c’est ce à quoi nous utilisons notre temps et nos ressources. N’oubliez pas que beaucoup de gens sont occupés "à être occupés". Il est de notre responsabilité de procéder au tri stratégique nécessaire pour extraire les mauvaises attitudes et habitudes de manière à assainir notre vie et notre carrière.

Apprendre tout ce que nous devons apprendre pour s'améliorer

Rappelez-vous qu’on ne peut pas échouer en faisant la bonne chose. La plupart des gens gaspillent leurs ressources à bien faire la mauvaise chose. Or le principe de la contrainte majeure dit qu’aussi longtemps que nous ne faisons pas la bonne chose de la bonne manière, nous n’aurons pas les résultats escomptés. Alors, soyez stratégique et attelez-vous à faire de la recherche & développement de manière à instaurer une routine d’étude des nouvelles attitudes et habitudes performantes qui vous permettront de faire passer votre vie et votre carrière à une étape à chaque fois supérieure.

Intégrer les résultats des 4 premières attitudes à notre boite à outils pour le succès et les utiliser jusqu’à atteindre un niveau de réussite optimale

La particularité des gens qui aboutissent souvent à des niveaux de performances et de succès fulgurant n’est lié à rien d’autre qu’au fait qu’ils disposent d’une boîte à outils enrichie d’où ils tirent à chaque fois les attitudes, les habitudes, les stratégies et tactiques adéquates pour avoir la bonne réaction face à chaque situation contraignante qu’ils rencontrent. De la même manière que la vulnérabilité  stratégique peut se révéler fatale pour un combattant ou un entrepreneur débutant, de la même manière, s’ils savent intégrer rapidement les attitudes, habitudes, stratégies et tactiques adéquates à leurs façons de penser et d’agir, il n’y aura plus rien qu’on appellerait leur manque d’expériences.

L’exemple qui me vient tout de suite à l’esprit est celui de Jessica Mah, 25 ans, en couverture du numéro septembre 2015 du magazine Inc. Il y a quatre ans son entreprise était bord des désastres courants de la Silicon Valley. Mais elle a su procéder au revirement stratégique nécessaire pour connaître entre 2012 et 2014 une croissance moyenne de 2685% atteignant un chiffre d’affaires de 2,9 millions de dollars, et s’adjugeant un financement de 8,8 millions de dollars. Parmi les stratégies d’optimisation personnelle qu’elle a utilisées, on peut citer l’étude de 100 livres de management, de politique et d’excellence personnelle en 2014. Elle prévoit en étudier quelques 50 autres livres en 2015.

La plupart des gens pensent qu’ils n’arrivent pas à obtenir des niveaux extraordinaires de résultats parce que le ciel et la terre seraient contre eux oubliant que c’est notre capacité d’ajustement stratégique de nos attitudes et de nos habitudes qui détermine nos résultats. Qu’à cela ne tienne : ce qui est vrai est vrai pour ceux pour qui c’est vrai. Et ce qui est faux est faux pour ceux pour qui c’est faux. 

Carrière