La transformation digital et l'homme

la digitalisation de notre société transforme notre rapport aux autres et au monde du travail. Voici comment.


La transformation digitale, ou numérique, se définit par les changements amenés par les nouvelles technologies. Ordinateur, tablette, mobile, cloud, appareil photo numérique, mega, giga, tera, bluetooth, wifi, ADSL, fibre optique, objets connectés... Les sujets sont multiples, évoluent et se multiplient à chaque instant.

Les vies transformées par le digital...

Personne ne contestera, j'imagine, qu'elles ont amené avec elles de profonds changements au sein de nos sociétés occidentales, qu'elles nous ont livré de nouveaux usages qui, s'ils nous semblent aller de soi aujourd'hui, ne sont entrés dans nos vies qu'il y a bien peu de temps.
Souvenez-vous de ces rendez-vous que vous deviez prendre avec précision afin de vous retrouver, ces communications onéreuses qui vous incitaient à ne pas passer trop de temps au téléphone, à prévoir vos conversations et compter les caractères de vos textos ; souvenez-vous ces courriers que vous étiez contraint d'envoyer en version papier, ces photos que vous preniez avec attention afin de ne pas gâcher la pellicule ; souvenez-vous cette époque révolue où les gens qui parlaient tout seuls dans la rue étaient fous. Autant de normes et habitudes bien vite disparues et un confort bien vite intégré à notre quotidien.

... Et les entreprises aussi

La transformation digitale ne se résume donc pas qu'à une transformation d'ordre technologique. Elle va bien au-delà. On parle beaucoup de la transformation digitale de nos entreprises. Chacun d'entre nous, à son rythme, transforme ses habitudes. A son rythme ? Ou au rythme que lui impose son environnement familial, social, professionnel, associatif, etc. Si la transformation est progressive et inégale à ce jour, elle n'épargne aucun d'entre nous et aucune dimension de nos vies.

Et si certains s'approprient cet univers changeant avec aisance, assimilant rapidement toutes les nouvelles notions, habitudes, méthodes, objets qui gravitent autour d'eux, les considérant comme autant d'opportunités, d'autres témoignent de plus de difficultés.
Ce bouleversement permanent de leurs repères les ébranlent. Accepter la remise en question continue de ses connaissances, la nécessité de développer ses compétences en permanence afin de rester à flots, la modification-même de la manière que la société a de répondre à nos besoins de bases, découvrir que nos habitudes qu'on croyait bien ancrées le sont finalement dans le sable n'est parfois pas si facile, d'autant plus dans un climat social et économique tendu.
A l'angoisse de ce qui pourrait nous tomber dessus s'ajoute celle d'un sol mouvant sous nos pieds. Vous pensez peut-être qu'il s'agit d'une question de génération ?
Il est certain qu'un jeune actif de la génération Z semble partir avec plus d'atouts pour assimiler ces changements qu'un baby-boomer. Aucun doute. Pourtant, des cinquantenaires ont ajouté les cartes du digital à leur main sans inquiétude quand des jeunes diplômés peinent à trouver leur voie dans cet univers incertain. L'âge est donc loin d'être le seul facteur.
Alors, comment faire pour accompagner cette transformation et son public, nous tous, qui en sommes les victimes et acteurs afin que nous nous sentions tous plus acteurs que victimes ? Comment ne pas laisser au bord de la route ceux qui appréhendent d'être pris dans ce tourbillon ?

C'est là que se révèle le véritable défi imposé par la transformation digitale au niveau de notre entreprise, comme au niveau de notre société.

Le digital change-t-il nos valeurs ?

Ces questions sont fondamentales car la transformation de notre société en cours bouleverse ses valeurs. Et mon cœur idéaliste souhaite de toute sa force que le numérique, source de tant d'appréhensions liées à l'automatisation et la robotisation, si souvent soupçonné de déshumaniser notre société, soit au contraire l'Allier, avec un grand A, de l'humanité ; qu'il soit le déclencheur de valeurs plus belles, plus fortes, plus universelles.
Notre destin est entre nos mains, et heureusement, le chantier a déjà démarré.

Côté entreprises, le digital bouleverse les conditions de travail, le management, les métiers, les compétences, les pratiques, les codes, etc. Les équipes IT ont assimilé depuis un moment déjà que la conduite du changement était clé pour la réussite d'un projet et là, il leur faudra mettre les bouchées doubles. De leur côté, les équipes marketing ont pris les changements de plein fouet et ce n'est pas fini.

L'idée se répand désormais que chaque domaine doit se sentir concerné. En effet, cette conviction doit se propager à tous les niveaux de l'entreprise, en particulier les RH, qui voient non seulement leur métier changer, leur rapport aux salariés et candidats se modifier grâce aux nouvelles technologies mais se doivent de s'adapter rapidement pour pouvoir eux-mêmes soutenir, former et accompagner les équipes et les managers dans cette transformation. Leur rôle est crucial dans ce que sera l'entreprise de demain, et de belles initiatives voient le jour. On voit par exemple s'organiser du mentorat, non plus d'un senior envers un junior, mais l'inverse, afin, non seulement de faciliter l'assimilation des nouvelles normes mais aussi de réduire le fossé séparant les générations, contribuant à la transformation de l'entreprise. 

D'une manière plus globale, l'état se mobilise, et la société toute entière joue son rôle : Internet devient un droit ; les données s'ouvrent au monde ; les Mooc se multiplient, rendant accessible la formation, apprenant à apprendre, compétence qui se révèle indispensable et faisant prendre conscience à chacun de l'importance du numérique dans la société et dans nos vies ; l'enseignement supérieur se transforme pour s'adapter à la demande et rester compétitive dans un contexte désormais international ; des associations mettent à disposition des ordinateurs, organisent des stages, formations ou ateliers pour accompagner ceux qui en ont besoin dans l'apprivoisement du monde numérique, d'autres proposent de réfléchir à la juste place à donner à tous ces nouveaux objets qui envahissent notre quotidien, à notre place dans cet environnement changeant. Même des entreprises, aujourd'hui, organisent des opérations, comme la Société Générale organisant des ateliers ouverts à tous sur des sujets tels que la sécurité sur Internet, le mobile et ses usages et les réseaux sociaux...

Et ce n'est pas près de s'arrêter.
Le monde a toujours changé, l'être humain s'est toujours adapté, il y a donc toutes les raisons d'espérer que ce soit pour le meilleur, du moment que nous en sommes nous-mêmes les moteurs.

Autour du même sujet