Assumer sa vulnérabilité est une force !

Inutile de se montrer fort en toutes circonstances pour imposer le respect et l'admiration. Au contraire, reconnaître ses erreurs, demander pardon, demander de l'aide sont des éléments qui prouvent votre authenticité, et vous rendent accessible et plus humain...

On parle de plus en plus de la vulnérabilité comme d'une force. Remarquez qu'on ne dit pas que la faiblesse serait une force (ce qui serait évidemment un non-sens !), mais que reconnaître ses faiblesses et les assumer est une preuve d'humilité et de sagesse, qui s'apparente à une force.

En effet, si un dirigeant a suffisamment confiance en lui, pour reconnaître ses faiblesses, c'est qu'il doit être suffisamment fort par ailleurs... non ?

Un peu d'étymologie

D'ailleurs, à ce propos : savez-vous que "humilité" ne signifie pas "être modeste", mais plutôt : "être soi-même". "Humilité" vient de la racine "humus" et renvoie plutôt à la notion de fertilité qu'à celle de discrétion. Du coup : être humble c'est reconnaître ses faiblesses, comme ses forces, et ce n'est pas se faire passer pour plus modeste qu'on ne l'est. Donc, à ce titre, affirmer ses forces est tout aussi humble que reconnaître ses points faibles... 

Une preuve d'authenticité et de profondeur

Mais pour revenir à la notion de vulnérabilité, un dirigeant qui demande de l'aide, qui reconnaît ses lacunes, ou qui reconnaît ses erreurs, est un dirigeant qui ose être lui-même, qui ne prend pas de postures pour se donner des airs. Il se contente d'être là, avec ses faiblesses et le rayonnement positif de ses points forts, qu'il offre généreusement à ceux qui l'entourent. Ce faisant, il encourage implicitement ses proches à faire la même chose, à être vrai et à se mettre au service d'un objectif commun, plutôt qu'à se préoccuper de leur image et de la défense de leur petite personne.

La vulnérabilité exige d'aller dans la profondeur de soi-même et de la relation à l'autre, parce que pour reconnaître ses erreurs et accepter la proximité réelle avec les autres, sans la barrière du statut et du grade, il faut être capable d'assumer ses émotions et celles des autres. Et là, ça se complique un peu... Se mettre en contact avec ses émotions, les écouter, les laisser se manifester à l'intérieur de soi (qui n'a rien à voir avec les laisser filtrer à l'extérieur en se mettant à pleurer en public ou à manifester ses peurs ou ses colères vis-à-vis des autres) est une démarche peu ordinaire. La plupart du temps, nous compensons par des actions psychologiques diverses, justement pour éviter de ressentir nos résonances émotionnelles. Alors, nous devenons des personnes un peu rigides (et malgré tout : émotives), plus conventionnelles et assez prévisibles, qui nous coupons progressivement des sources de notre vitalité.

Comment faire ?

Mais rassurez-vous, pas besoin d'assister à de nombreux séminaires de développement personnel ou d'entreprendre une psychothérapie pour se mettre à l'écoute de soi-même et de sa vulnérabilité. La bonne nouvelle, c'est que votre équipe est un formidable terrain de développement personnel, et en animer une est une merveilleuse opportunité de travailler sur soi, de se voir, de constater les phénomènes qui manifestent en soi et autour de soi.

Contentez-vous d'apprécier ce qui se joue à l'intérieur de vous-même, d'y prêter attention, au lieu de vous échapper le plus vite possible. Et vous verrez que cette attention en partir dirigée vers vos ressentis, va modifier beaucoup de choses dans votre équipe. Il est ainsi possible, et même nécessaire, de travailler en groupe sur la vulnérabilité de chacun dans un Comité de Direction. C'est même la meilleure façon de développer la puissance de l'équipe ainsi que sa cohésion véritable. Mais, il y a des méthodes pour cela, structurées et sécurisantes...

Se mettre à l'écoute de votre profondeur, c'est se rendre potentiellement vulnérable, mais ce n'est pas réservé qu'aux faibles (qui justement ne sont probablement pas assez "forts" pour y parvenir). Au contraire, c'est une possibilité qui s'offre surtout aux courageux qui n'ont pas froid aux yeux et osent assumer ce qui se joue à l'intérieur. Ce qui est intérieur et intime est doux et tendre, même quand cela procède d'une énergie énorme. D'ailleurs, la vraie force vient toujours de l'intérieur, siège de toutes les ressources profondes. 

Assumer votre vulnérabilité, c'est vous relier à votre créativité, à votre énergie d'entreprendre, à votre bonté naturelle visant à créer de la valeur pour les autres. Au contraire, se rigidifier dans une carapace de pseudo force infaillible, c'est se couper de tout : de soi et des autres. C'est s'exiler soi-même, se projeter dans une image factice d'un soi invulnérable, qui n'existe heureusement nulle part et ne trompe donc personne !

Autour du même sujet