Formation professionnelle : les langues sont-elles toutes égales ?

Suite au débat sur les classes bilingues et en pleine polémique sur la place de l’arabe dans les programmes scolaires, nous sommes en droit de nous demander si en France les langues sont toutes si égales. C'est également le cas pour la formation professionnelle.

La réforme de la formation professionnelle est entrée en vigueur le 1er janvier 2015. Elle a mis fin au DIF pour le remplacer par le compte personnel de formation (CPF).

Malgré le niveau des Français en anglais que l’on peut qualifier de médiocre, les langues étrangères n’ont pas de suite été éligible au CPF. Il a fallu que les acteurs du marché de la formation (qui sont en grande souffrance depuis cette réforme comme l'a souligné le mouvement des hiboux) se mobilisent pour que la délégation générale à l'emploi et à la formation professionnelle (DGEFP) s’engage à convaincre les partenaires sociaux d’inclure l’anglais aux listes des formations éligibles. Ces listes de formations sont votées par un groupe de 20 personnes membres de l’ensemble des représentations syndicales : CGPME, MEDEF, UPA, CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT et FO. Ces acteurs se regroupent sous le nom de COPANEF et éditent la Liste Nationale Interprofessionnelle (LNI).

Laissons les personnes qui veulent se former choisir

La DGEFP s’était engagée en début d’année 2015 à rendre progressivement les langues éligibles au CPF et l’anglais a ainsi été rendu éligible le 10 février 2015. Une initiative à laquelle les salariés ont été très receptifs. 

La montée en puissance du CPF est une des missions de Clotilde Valter Secrétaire d’état auprès de la Ministre du travail en charge de la formation. Pour qu'elle mène à bien sa mission, la réponse pourrait-être de rendre éligible les formations que les Français souhaitent suivre (demandeurs d’emplois et salariés). Et de ne pas décider pour eux. 

Pendant qu’en Grande-Bretagne on se dirige vers des diplômes décernés par Google, Facebook ou Twitter… la France reste à la traîne. 

Il faut bien comprendre que les listes en vigueur en France autorisent ou non un individu qui souhaite se former à suivre ou non une formation. Ces listes ont connu plusieurs versions et sont agrémentées par les régions et les branches qui y ajoutaient leurs besoins au fur et à mesure (l’allemand ou l’espagnol ont étés rajouté puis l’italien ou le chinois). 

Ok pour l'arabe et le breton mais pas pour l'hébreu et le corse

17 mois après la mise en place de la réforme nous avons un panorama des langues préférées des Français ou plutôt de leurs représentants syndicaux.

Avec votre CPF vous pouvez apprendre l’arabe mais pas l’hébreu. Le chinois mais pas le japonais, et des dizaines d’autres langues à l’exemple de l'hindi, du polonais, du suédois, du finnois… 

Quant aux langues régionales en France, vous pouvez vous faire financer avec votre Compte Personnel une formation de breton mais pas du Corse…

Pour rester positif la V6 des listes de formations éligible arrivera début juillet (19 mois après la mise en place de la réforme) et le LILATE, certificat multilingue qui est en cours d’évaluation pour être rendu éligible nationalement par le COPANEF pourrait mettre fin à ce débat et à ces injustices.

Autour du même sujet