Comment évacuer les sensations d’échec ?

L’impression d’échec est handicapante et ne permet pas d’avancer sereinement. Un événement vécu comme un échec suscite toujours un certain traumatisme. Voici comment l'évacuer.

Tout échec peut devenir un apprentissage, un signal d’alerte, une bifurcation ou une étape. Si vous donnez sens à votre échec, si vous cherchez à comprendre votre sensation alors le raté n’en est plus un. Tout échec peut devenir une étape à celui qui se remet en route. Ainsi évacuer les sensations d’insuccès, c’est en premier lieu en faire autre chose. Ni une fin, ni une limite, encore moins la preuve que ce que vous avez mis en place n’était pas viable ou que vous n’avez pas été assez bon. 

Un échec est en premier lieu une expérience de vie qui n’a pas encore pris sens. "Une porte se ferme uniquement quand une autre s’ouvre", disait la psychanalyste Marinette Motti.  En d’autres termes, ce qui ne marche pas est un chemin vers la réussite. Car c’est dans vos sensations d’échec que vous pourrez trouver un apprentissage, une force, un moyen ou une indication qu’il faut que le projet se construise autrement.

Revenez sur vos sensations d’échec et démontez-les 

Si vous avez tendance à souvent vous sentir en échec ou pas capable d’arriver à vos objectifs, fouillez dans votre passé et cherchez les événements de votre vie ou vous vous êtes senti en échec. Cherchez à revisiter votre souvenir. Quelle est la part de perception, quelle est la part de réalité dans votre sensation ? 

Parfois les anciens échecs scolaires ou académiques nous ont marqué et ont laissé une trace en nous. Manque de confiance en soi, manque de confiance en son chemin, en sa valeur, les conséquences peuvent prendre une multitude de couleurs et sans verbalisation ou sans regard validant et valorisant sur vos sensations d’échec, vous avez dû les transporter avec vous jusqu'à aujourd’hui. Pour s’en défaire, revisitez ces situations  en cherchant ce que cela vous a permis de faire de mieux, de différent, quelle voie cela vous a ouverte.

Parfois aussi, les études que vous n’avez pas réussies à faire, les écoles de commerce que vous visiez, les masters que vous n’avez jamais osé tenter, vous hantent. 

À partir du moment où vous avez idée de souhaits non exaucés, cela fait potentiellement partie de votre rapidité à vous sentir en échec et cela impacte aussi la confiance que vous avez en vous.

Il faut donc vous détacher de ces chemins que nous n’avez pas pris, car votre parcours actuel ne dépend pas uniquement de votre background académique et plus vous vous éloignez du temps des études, moins ces lignes sur votre CV compteront dans votre chemin. 

Ce qui prévaudra toujours dans tout entretien d’embauche, c’est votre capacité à vous mettre en mots et à exprimer votre parcours. Pour cela, vous devez vous détacher de vos sensations d’échec concernant votre passé en leur donnant sens. Trouvez le fil conducteur de vos études, cherchez votre particularité professionnelle, centrez-vous sur vos passions, mais détachez-vous de l’idée erronée que si vous aviez fait d’autres études par exemple tout aurait été possible. Tout est possible à celui qui prend conscience que la confiance qu’il a en son parcours se communique à celui qui l’entend ou le reçoit. 

Détachez-vous des mauvais regards

Parfois vos sensations d’échec vous viennent du regard d’autrui. Parce que vous n’avez pas atteint vos objectifs, ou que vous avez tenté l’aventure entrepreneuriat et que vous n’avez pas eu les résultats escomptés. Parce que vous vous comparez et vous vous sentez constamment inférieur ou que vous vous sentez cet éternel imposteur qui finira par rater tôt ou tard.  

Toutes ces sensations sont liées au regard que vous projetez sur les autres, c’est une illusion de votre esprit qui vous fait vous sentir constamment dans de possibles échecs. Lorsque vous visualisez les autres au-dessus de vous, c’est vous qui choisissez de les regarder d’en bas et de leur manifester qu’ils sont en haut. Votre positionnement crée la faille.

Nous l’avons dit, chaque histoire de vie crée des blessures et des forces et ; il est vital de bien se comprendre pour pouvoir se détacher de ce que l’on projette dans le regard d’autrui. Qu’entendons-nous par projeter ? Il s’agit d’un mécanisme psychique, que tout être humain a en lui, qui le pousse à voir dans le regard de l’autre ce que lui ressent. Ainsi celui qui ne se sent pas à la hauteur trouvera aisément dans chaque regard qu’il croise la preuve de ce sentiment et aura l’impression que personne ne le trouve à la hauteur. Celle qui pensera qu’elle n’est pas assez performante verra dans chaque remarque anodine la trace de sa non-compétence, alors qu’il n’en est rien. Pour éviter de projeter, prenez le temps de vous comprendre, de comprendre votre chemin et de connaître vos failles. Chaque fois que vous avez l’impression que "tout le monde pense quelque chose de vous", vous avez de grandes chances d’être en pleine projection.

Enfin, ne créditez pas tout regard sur vous. Dans la sphère professionnelle vous allez rencontrer autant de personnes stables que de personnes raisonnant dans leur propre anxiété et leur manque de confiance en eux. Ainsi même si c’est votre boss qui vous dit que ce que vous faites n’est pas assez bon, ou si votre collègue expert vous critique constamment, cherchez à avoir un avis sur cette critique. Cherchez à en comprendre la source, la légitimité ou non, et les enjeux autour des remarques négatives que vous recevez. Il est dangereux de dépendre du regard d’autrui pour se sentir sûr de soi ; pour s’en détacher, cherchez le plus possible à vous donner la connaissance globale et analytique des enjeux professionnel, économique et psychologique sur votre terrain de travail.

Pourquoi l’échec n’existe pas

L’échec n’existe pas, car tout événement qui n’aboutit pas permet de recommencer, d’apprendre ou d’évoluer. Celui qui vit un réel échec, c’est celui qui s’arrête, reste sur place et en fait la finalité. À partir du moment vous vous remettez en route, vous êtes déjà hors de l’échec et vous bâtissez.

Que nous parlions de licenciement, d’aventure entrepreneuriale ou de candidature qui n’aboutit pas, tout peut avoir un sens à celui qui cherche comment faire mieux et autrement. Faites de vos échecs des étapes de votre parcours de réussite. Si vous ne faites plus exister les sensations d’échec dans votre passé, comme dans votre quotidien, si à l’aide de votre raison vous trouvez un sens à ce qui ne marche pas et si vous continuez votre route avec patience et obstination, vous avez de grandes chances que ces soi-disant échecs vous mènent à vos plus belles réussites

Autour du même sujet