Chefs d’entreprise : à l’ère du geek, le lien humain est essentiel

Dans un monde saturé d'écrans où les nouveaux modes de communication font légion, il est plus que jamais essentiel de réaffirmer l'importance du lien humain. C'est aussi vrai dans l'entreprise. Et tout chef d'entreprise doit avoir le souci permanent de préserver et développer le lien social.

Les écrans, smartphones, tablettes et ordinateurs, ont envahi notre quotidien (un foyer français en comptait plus de 6 au 1er semestre 2015[1]. La conséquence un changement de société majeur : culture de l’instantanéité, de l’interruption, moins de prise de recul, d’approfondissement des sujets... Paradoxe de ce monde hyperconnecté, le lien social est gravement menacé. Notre société n’a jamais engendré autant de solitude : en 2014, 1 Français sur 8 n’avait aucune relation sociale[2]. Le lien social est devenu un enjeu majeur pour notre société.

Il en va de même pour l’entreprise : dans un monde de plus en plus changeant et incertain, il est essentiel de réaffirmer l’importance de la relation humaine et du lien entre les individus. Les outils de communication (mails, réseaux sociaux d’entreprise etc.) peuvent autant servir ce lien que le détériorer, selon l’usage qui en est fait. Les années 90 ou 2000 ont accordé beaucoup de place à l’organisation, au process. Aujourd’hui, l’accent doit être remis sur la relation entre individus, les organisations à plat, le fonctionnement en peer to peer, pour recréer un lien fort entre les acteurs d’un projet au-delà de leur titre ou de leur fonction.


Le lien humain dans l’entreprise : de quoi parle-t-on ?

Une entreprise est un organisme vivant, dont chaque constituant a un rôle : donner des directions stratégiques, produire un bien ou un service, servir un client ou encore capter les signaux du marché. Ces différentes fonctions doivent être reliées par un lien humain et pas seulement par des tableurs Excel.

Prenons quelques exemples : en 2005, Nokia était leader mondial de la téléphonie mobile. Si l’on se fiait aux chiffres, à la performance financière, le groupe n’avait pas de souci à se faire. En réalité, en 2005, il était virtuellement mort : il lui manquait les capteurs entre les commerciaux de terrain, les clients et le top management qui auraient pu l’alerter sur le fait que le marché n’attendait plus un téléphone mais un device d’accès à des services Internet (musique, vidéo, jeux…). Chez IBM ou Schneider, qui prônaient le développement de l’humain dans les années 80 ou 90, le process est devenu roi et les collaborateurs perdent le sens de leur travail. Contre-exemple éclairant, Xavier Fontanet, président d’Essilor pendant 20 ans, mettait un point d’honneur à passer du temps chez les opticiens, conscient que ces derniers étaient les meilleurs apporteurs d’idées pour sa réflexion stratégique, aux côtés des commerciaux et des clients. John Chambers chez Cisco s’obligeait lui aussi à voir au moins 2 clients par semaine. L’interaction de l’entreprise avec son écosystème extérieur (clients, partenaires et prestataires) est fondamentale.

Le lien entre les différents éléments de cet organisme vivant qu’est l’entreprise est donc essentiel à sa survie.


Le lien humain est déterminant dans des moments clés pour l’entreprise

Au-delà de rendre le quotidien plus agréable dans l’entreprise, le lien humain est particulièrement important dans les périodes de crise, difficultés financières ou procédure judiciaire par exemple. Le partage des mauvaises nouvelles peut aider les personnes mises en cause à prendre du recul, et celui des bonnes nouvelles démultiplie leur effet dynamisant. Face à des échecs ou des menaces, la transparence est une arme très puissante : elle permet de déminer les inquiétudes générées par le silence, d’associer les collaborateurs à la recherche de solutions, et ainsi d’entretenir une confiance forte, de maintenir la motivation des équipes et leur adhésion au projet d’entreprise.

Dans les périodes de transformation stratégique également, le lien humain a une contribution très significative. Les réflexions stratégiques, qui prennent souvent la forme d’un processus itératif fait d’avancées et de doutes ou d’obstacles, se nourrissent des retours des clients transmis par les collaborateurs, des idées des équipes techniques, des grandes tendances de l’industrie etc.


Comment développer le lien humain dans l’entreprise ?

Le lien social s’entretient tous les jours. La présence des dirigeants dans l’open space partagé par tous envoie un message positif d’accessibilité et favorise l’échange direct au-delà de la hiérarchie. L’organisation de déjeuners d’équipe est également propice à des échanges sur la société et la stratégie. Chez Qosmos, une start-up qui a grandi jusqu’à 100 personnes aujourd’hui, l’équipe de direction organise plusieurs fois par an des déplacements team building (à La Trinité, La Baule, Les 2 Alpes…). Ils comprennent une présentation par le CEO des priorités stratégiques pour les prochains mois et surtout des moments de détente qui débouchent sur des échanges plus personnels et favorisent la communication sur le mode de l’humour.

Les registres formel et informel ont tous deux leur importance. Réunions d’équipes ou de l’ensemble des collaborateurs de la société, réunions trimestrielles de MBO (Management by Objectives), revues stratégiques, revues produits... Les échanges formels fixent un cadre mais ne peuvent suffire. L’abus du mail dans l’entreprise est très dangereux : perte de productivité engendrée par un déluge de mails, appauvrissement de l’information, aggravation des conflits, sentiment d’isolement des salariés et détérioration du climat de travail. Ce problème est d’ailleurs pris très au sérieux par les DRH qui encouragent les échanges de vive voix. Intel et Deloitte ont banni l’utilisation des mails le vendredi pour obliger leurs salariés à se parler directement.

L’informel est donc aussi important : discuter autour d’un café, se préoccuper du moral d’un salarié qui semble en difficulté, appeler un collaborateur aux Etats-Unis ou en Asie sans y être obligé... L’informel est important également pour manifester sa reconnaissance, l’appréciation du travail fait.

Les outils traditionnels de communication interne peuvent enfin être utilisés pour entretenir le lien humain et valoriser des projets plus personnels. Ainsi Qosmos a mis en place des réunions internes optionnelles d’une demi-heure, les "Qosmos News". On peut y traiter du retour d’expérience de la participation du Vice-président R&D à la mythique course transatlantique "Transquadra" en 2015, expliquer un projet client ou échanger sur les dernières innovations.

Préserver l’équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle, c’est aussi renforcer le lien qui unit les salariés à leur entreprise. Qosmos propose par exemple à des collaborateurs d’aménager ou de réduire leur temps de travail, de télétravailler, de prendre un congé sabbatique.

 

A l’heure de la communication virtuelle, tout leader doit avoir le souci constant de renforcer le lien humain au sein de son entreprise.

Autour du même sujet