Devenir ostéopathe

L'ostéopathe est capable de repérer les tensions du corps. Pour les traiter, il manipule le corps de ses patients afin d'apaiser leurs douleurs.

Le métier d'ostéopathe

L'ostéopathe peut agir sur les os, les articulations, mais aussi les muscles. Ainsi, avec des gestes précis, il peut soulager différents types de symptômes, comme les douleurs vertébrales, musculaires ou articulaires, les troubles de l'appareil digestif, de l'appareil respiratoire ou de la circulation sanguine, les migraines... L'ostéopathe s'intéresse à tous les âges, du nourrisson jusqu'à la personne âgée.
Aucune prescription médicale n'est nécessaire pour consulter ce type de spécialiste.

Quelle formation pour devenir ostéopathe ?

Il existe un diplôme d'ostéopathie, mais pas de diplôme d'État afin d'exercer ce métier. Ce diplôme est délivré par des organismes de formation agréés par le ministère de la Santé.
Pour y accéder, le candidat, titulaire du baccalauréat, doit passer un entretien, quelques tests et avoir un bon dossier. La formation est de minimum 2 660 heures d'apprentissages théoriques et pratiques. À noter que certains professionnels de santé, comme les médecins ou masseurs-kinésithérapeutes, peuvent être dispensés de certains modules et suivre la formation en alternance afin d'obtenir le diplôme d'ostéopathie. Ainsi, il existe les ostéopathes exclusifs n'exerçant que cette activité, et des professionnels de santé qui l'exercent en parallèle de leur activité initiale.

Quels sont les débouchés pour les ostéopathes ?

On retrouve principalement des ostéopathes en exercice libéral. Cependant, ils commencent à intégrer certains hôpitaux, cliniques ou institutions, comme les maisons de retraite, les maternités ou les clubs de sports professionnels...

L'état actuel du marché pour les ostéopathes

Avec une augmentation des offres de formation et les 2 000 praticiens environ qui sortent diplômés chaque année, les ostéopathes couvrent la totalité du territoire français. Certaines régions sont même saturées. Ainsi, si aucun numerus clausus n'est appliqué, les ostéopathes assisteront à une saturation de leur profession dès 2015 et s'exposeront alors à un chômage croissant.

Quelques conseils à suivre

Face à la saturation sur le marché de l'ostéopathie en France, il est nécessaire d'être patient et de dispenser des soins de qualité pour réussir à se forger une bonne réputation, notamment grâce au bouche à oreille, afin de se constituer une patientèle fidèle.

>> Voir aussi : salaire d'un ostéopathe

Métiers