L'entretien professionnel : une nouvelle obligation

Depuis le 1er janvier 2015, l'entretien professionnel est obligatoire tous les deux ans. Son objectif : permettre aux salariés de faire le point sur leurs compétences, leurs perspectives professionnelles et leurs possibilités de formation. Depuis le 1er mars 2016, tous les salariés doivent en théorie avoir passé leur entretien annuel.

L'entretien professionnel : une nouveauté de 2015

Promulguée le 5 mars 2014, la loi relative à la réforme de la formation professionnelle est entrée en vigueur le 1er janvier 2015. Elle instaure notamment un compte personnel de formation valable tout au long de la vie (CPF), qui se substitue au droit individuel à la formation (DIF). Parmi ses mesures phares se trouve la rénovation de l'entretien professionnel (à ne surtout pas confondre avec l'entretien annuel également connu sous le nom d'entretien d'évaluation ou d'entretien annuel d'évaluation), désormais obligatoire tous les 2 ans. Il doit permettre à chaque salarié d'évaluer ses perspectives d'évolution professionnelle et ses besoins en matière de formation. Il remplace ainsi différents bilans utilisés précédemment, comme le bilan d'étape professionnel et l'entretien de deuxième partie de carrière.

Quand passer l'entretien professionnel ?

L'entretien professionnel doit être fait au minimum tous les 24 mois et s'adresse aux employés ayant au moins 2 ans d'ancienneté. Toutefois les salariés avec moins d'ancienneté peuvent aussi le passer. Il est aussi réalisé à l'occasion d'une reprise d'activité professionnelle, après un congé ou un arrêt de longue durée, comme à un retour de congé sabbatique, de congé parental ou encore de soutien familial. Il en est de même pour le congé maternité. ou bien d'une période de mobilité volontaire sécurisée, d'un mandat syndical ou d'un arrêt maladie de longue durée. Par ailleurs, l'entretien professionnel doit être réalisé dans un temps distinct de tout entretien d'évaluation. Il s'applique à toutes les catégories de salariés qu'il s'agisse des cadres, des cadres dirigeants des cadres assimilés ou encore des Etam (employés, travailleurs et agents de maîtrise).

Quel est le contenu de l'entretien professionnel ?

L'entretien professionnel n'a pas pour vocation d'évaluer les performances d'un salarié ou l'atteinte de ses objectifs. Il s'agit d'un échange entre l'employeur et le salarié, permettant au salarié de faire le bilan de son parcours professionnel au cours des deux dernières années et de demander un bilan de compétences. Par la même occasion, il s'informe sur ses possibilités d'évolution au sein de l'entreprise et peut faire part de ses souhaits. Du côté de l'employeur, l'entretien permet d'identifier les compétences dont il dispose, d'informer ses collaborateurs sur les besoins et stratégies de l'entreprise, puis éventuellement d'élaborer avec chacun un plan et un budget de formation mis en place dans le cadre d'un plan de formation.

L'entretien récapitulatif

Tous les 6 ans, l'entretien professionnel doit faire l'objet d'un entretien récapitulatif. Ce dernier permet de vérifier que le salarié a bénéficié du nombre d'entretiens prévus, mais aussi que ceux-ci auront bien débouché sur une progression du salarié, soit : au moins une action de formation ou l'acquisition d'une certification professionnelle enregistrée au RNCP (Registre national des certifications professionnelles) ou une progression salariale ou de poste.

Que se passe-t-il si l'entretien annuel n'a pas lieu ?

L'entretien annuel est une obligation. Si au bout de 3 entretiens professionnels, c'est à dire, six ans, le salarié n'a pas eu le droit à l'une des trois actions suivante : formation, augmentation, promotion, son employeur sera pénalisé en abondant son CPF de 100 heures.

Formation professionnelle