Rechercher un thème :
Emploi >   
Toute l'encyclo pratique

Signer une clause de non-concurrence

Fiche pratique
DONNEZ VOTRE AVIS
Vous signez un contrat de travail comportant une clause de non-concurrence ? Prêtez-y une attention toute particulière, car ces stipulations contractuelles limitent votre liberté de retrouver du travail et de changer d'employeur. Elles peuvent avoir de sérieuses conséquences sur votre avenir professionnel.
 
 
Dernière mise à jour : mars 2017
 
Qu'est-ce qu'une clause de non-concurrence ?
Si ces clauses de non concurrence sont incorporées à votre contrat de travail, elles ne prennent effet qu'à compter de la rupture de ce dernier (licenciement, démission, rupture conventionnelle ou transaction avec votre patron). Elles vous interdisent de travailler pour telle entreprise ou dans telle zone géographique pendant une période déterminée. Elle limite donc votre liberté de retrouver un emploi et de changer d'employeur.

Annonces Google



Quelles sont les conditions de validité d'une clause de non-concurrence ?
Elle doit être indispensable aux intérêts légitimes de l'entreprise
Cette atteinte à la liberté du salarié n'est valable que si elle est justifiée. Elle ne sera admise que si l'entreprise a un secret, une méthode de travail ou une innovation technologique à protéger. L'employeur doit spécifier en quoi cette clause est nécessaire.

Elle doit être limitée dans le temps et dans l'espace
L'étendue de la zone géographique et la durée varient en fonction du contexte. Mais la clause ne peut jamais s'appliquer à une durée illimitée et au monde entier. Elle ne doit en aucun cas empêcher totalement le salarié d'exercer sa profession conformément à sa formation et à sa qualification.

L'emploi du salarié doit comporter des spécificités
Le poste du salarié doit comporter des spécificités qui constituent un risque important de concurrence pour l'employeur. Il doit avoir connaissance d'informations spécifiques ou confidentielles dans l'exercice de ses fonctions. Ce n'est pas le cas d'un livreur ou d'un laveur de carreaux à qui on ne pourra imposer une clause de non-concurrence, même s'ils travaillent pour une entreprise qui a des technologies à protéger.

Elle doit comporter une contrepartie financière
Cette somme d'argent compense l'entrave qui est faite à votre liberté. Elle est fixée contractuellement, c'est à dire que les parties sont libres d'en prévoir les modalités et le montant. Celle-ci peut-être versée en totalité au moment du départ du salarié ou à la fin de chaque mois pendant toute la période de non-concurrence. Il ne peut s'agir d'une somme dérisoire. L'existence d'une contrepartie financière n'est exigée que depuis 2002 (arrêt de la Cour de cassation du 10 juillet 2002). La jurisprudence de la Cour de cassation précise par ailleurs que le versement de cette contrepartie financière ne peut avoir lieu avant la fin du contrat de travail. En aucun cas, les sommes versées pendant l'exécution du contrat de travail (par exemple une indemnité mensuelle) ne peuvent être assimilée à cette contrepartie. Elles ne peuvent donc être restituées en ca de non application de la clause de non-concurrence.

ATTENTION
: si l'une de ces conditions n'est pas respectée, la clause de non-concurrence est nulle et est réputée n'avoir jamais existé.

Quelle est la sanction du non-respect d'une clause de non-concurrence par le salarié ?
Le non-respect de l'interdiction de concurrence qui vous incombe peut entraîner votre condamnation au versement de dommages et intérêts à votre ancien employeur, si ce dernier prouve l'existence d'un préjudice résultant de votre concurrence. En outre, vous pouvez vous voir condamner à cesser votre activité. L'exercice d'une activité concurrentielle en violation d'une clause de non-concurrence constitue un trouble manifestement illicite auquel le juge peut mettre fin. Enfin, le non-respect de l'interdiction de concurrence entraîne la perte de l'indemnité compensatrice, obligatoirement versée au salarié (voir ci-dessus "contrepartie financière").

Clause de non-concurrence en cas de mobilité interne
Dans un arrêt du 29 janvier 2014, la Cour de cassation a précisé ce cas spécifique d'un salarié quittant volontairement une société pour rejoindre un autre employeur du même groupe. Dans le cas de ce type de mutation professionnelle :
- la clause de non-concurrence ne s'applique pas, car les deux entreprises appartenant au même groupe ne peuvent être considérées comme concurrentes. En changeant d'entreprise, l'employé ne commet donc pas ici de violation de la clause et le premier employeur n'a pas à lui verser d'indemnité.
- lorsque le contrat de travail avec le second employeur est rompu, la clause de non-concurrence reprend ses effets normaux. La clause n'ayant pas été supprimée, simplement mise en sommeil, le salarié a donc toujours l'interdiction de travailler pour la concurrence et l'employeur doit lui verser la contrepartie financière.
 
 
  Envoyer à un ami | Imprimer  
 

 
 
 

Contrats
Fiches pratiques
 Le contrat d’insertion – revenu minimum d’activité Le CAE : contrat d’accompagnement dans l’emploi Le contrat adultes-relais
 Le contrat d’avenir Le contrat de professionnalisation Le contrat emploi consolidé
 Le contrat emploi solidarité Le contrat initiative emploi Le Civis : contrat d’insertion dans la vie sociale
 Le contrat saisonnier Le contrat de travail temporaire Le travail de nuit
 La validité d'un licenciement La rupture du CDD (contrat de travail à durée déterminée) Les droits du salarié licencié
 L'exercice du droit de grève Le recours au contrat de travail à durée déterminée (CDD) Le contrat d'apprentissage
 La période d'essai Signer une clause de non-concurrence Démission : comment la donner
 La durée légale du travail Les heures supplémentaires La modification du contrat de travail
 Le groupement d’employeurs Le VIE La prise d’acte
 Le forfait jour Le forfait jour Le cumul d'emplois
 Promesse d'embauche Temps partiel Avenant au contrat de travail
 Contrat à durée indéterminée (CDI) CDD de mission Cadre dirigeant
 CDD : contrat à durée déterminée  Clause de mobilité Période probatoire
 Portage salarial VRP Le contrat unique d'insertion (CUI)
 Le CDD senior Le préavis de démission Les emplois d'avenir
 Gérant de SARL Le contrat de génération  La fiche de poste
 Renouvellement de CDD L'heure complémentaire Démission d'un CDD : comment rompre son contrat à durée déterminée
 Le délai de carence du CDD Démission pour rapprochement de conjoint Contrat aidé
 Contrat d'alternance Contrat étudiant  Télétravail : définition et cadre juridique
 Contrat de travail : comment le décrypter ? Convention collective : les règles de votre branche Le service civique : devenir volontaire
 AGFF : le taux 2017 de la cotisation retraite complémentaire CDI intérimaire : qui peut en profiter ? Chèque emploi associatif : quelles démarches
 Clause de confidentialité : les obligations du salarié  Délit de marchandage : un risque pour les prestataires de service Emploi franc : un contrat en expérimentation
 La déclaration unique d'embauche (DUE) à l'URSSAF VRP multicarte : statut et contrat Le CDD d'usage : quel cadre juridique ?
 La fin de contrat Travailleur frontalier : quel statut ? Le travail à domicile : les règles à respecter
 CDD de remplacement : les règles à respecter Période d'essai de CDD : quelle durée  Temps partiel de droit : dans quels cas ?
 Formulaire de rupture conventionnelle Travail au noir : quelles sanctions ? Vendeur à domicile indépendant (VDI)
 Travail dissimulé : quels risques ? Contrat d'assistante maternelle Fin de CDD : rupture, préavis, indemnités...
 Heures de nuit : tarif et législation L'agent contractuel de la fonction publique Le Cerfa du contrat de professionnalisation
 Le contrat Cifre en 2017 Le contrat de chantier (CDI de chantier) Le contrat de couple, ou contrat indivisible
 Le contrat de professionnalisation pour les adultes Le PVT : permis vacances travail en 2017  Le statut d'agriculteur
 Le statut de cadre assimilé Le statut de l'intermittent du spectacle Le statut de praticien hospitalier
 Le statut d'Etam (employés, techniciens, agents de maîtrise) Le statut général des militaires Le travailleur détaché en France
 Trouver un job d'été  
Lettres types
 Demander les motifs d’un licenciement Contester le licenciement d’une femme enceinte Demander à travailler à temps partiel
 Demander à travailler à temps complet Refuser un changement de lieu de travail Refuser une mutation
 Demander un congé sabbatique Demander un certificat de travail Lettre de démission d’un CDI
 Lettre de démission d’un contrat à durée déterminé (CDD) Lettre de démission d’un emploi jeune Demande de dispense de préavis
 Demande de dispense de préavis Revenir sur sa démission Rompre une période d'essai
 Accepter une rupture de CDD Augmentation de salaire : informer un salarié Lettre de démission d’un administrateur
 Lettre de démission d’un gérant Lettre de démission du président du conseil d’administration Notifier une mutation à un salarié
 Notifier une rétrogradation disciplinaire Refus de passage à temps partiel Refus d'une augmentation de salaire
 Prendre acte d'une démission Accepter une dispense de préavis Refus de dispense de préavis
 Refus de rupture de CDD avant le terme prévu Lettre de démission sans préavis Lettre d'embauche