Rechercher un thème :
Emploi >   
Toute l'encyclo pratique

Agirc : la retraite complémentaire des cadres

Fiche pratique
L'Agirc est une caisse de retraite complémentaire obligatoire qui, contrairement à l'Arrco, ne concerne que les cadres.
 
 
Dernière mise à jour : décembre 2016
 
La cotisation à une caisse de retraite complémentaire est obligatoire pour tous les salariés. L'Agirc, au même titre que l'Arrco, fait partie de ces caisses de retraite complémentaires financées par les salaires des travailleurs afin de financer leur retraite. L'Agirc concerne uniquement les salariés cadres du secteur privé peut importe leur convention collective.

Qu'est-ce que l'Agirc ?
L'Association générale des institutions de retraite des cadres, ou Agirc, a été créée le 14 mars 1947 par les partenaires sociaux comme le Medef, la CGPME, la CFDT Cadres, CFE-CGC, FO-Cadres, UGICA-CFTC, UGICT-CGT. Comme son nom l'indique, elle gère la retraite complémentaire des cadres du secteur privé. Ce régime de retraite complémentaire est obligatoire pour tous les cadres et assimilés cadres du près de 4 millions de cotisants et 2,6 millions de retraités.

Annonces Google



Comment se calcule la retraite Agirc ?
La retraite complémentaire Agirc est calculée selon l'attribution de points retraite. Le nombre de points acquis par les cadres cotisants se calcule en fonction de leur niveau de rémunération et de leur durée de cotisation. Tout point obtenu donnera droit à un versement au moment de la retraite. Des points sont également attribués en dépit de l'absence de versement de cotisations lors de congés maternité, d'arrêt maladie ou d'accident du travail. Une majoration s'applique également pour tout enfant à charge à hauteur de 5% des droits.
Le montant brut de la retraite annuelle se calcule donc selon le total des points obtenus multiplié par la valeur du point de retraite. Au 1er novembre 2016, le point Agirc est fixé à 0,4352 euro (il n y a donc eu aucune évolution depuis 2013).

Quels sont les modes de financement de l'Agirc ?
L'Agirc finance les retraites complémentaires des cadres par le biais de cotisations qui sont prélevées sur les salaires des actifs cadres (l'assiette du calcul peut toutefois être réduite de certains frais professionnels notamment).
Ces cotisations possèdent une part salariale et une part employeur ; leur versement permet en contrepartie au salarié d'acquérir des points de retraite.
Le taux de cotisation Agirc  se calcule en fonction du niveau de rémunération du salarié. Des tranches ayant été déterminées (certaines pour l'Arrco, d'autres pour l'Agirc, dont les tranches dites B et C concernant les rémunérations comprises respectivement entre 1 et 4  fois, et entre 4 et 8 fois le plafond annuel de la Sécurité Sociale, qui est de 38 616 euros en 2016 contre 38 040 en 2015).
Lorsque le salaire se situe en-dessous du plafond de la Sécurité sociale, l'assuré bénéficie tout de même de la garantie minimale de points (GMP).

Quelles démarches vis-à-vis de l'Agirc ?
Pour obtenir un relevé de situation individuelle (RIS), une demande doit être menée auprès d'un conseiller retraite, par téléphone ou sur le site internet de l'Agirc et de l'Arrco : www.agirc-arrco.fr. À partir de 45 ans, il est possible de demander un entretien information retraite pour connaître ses futurs droits à la retraite. Lors de la décision de départ en retraite, il faut contacter un conseiller 4 mois avant la date de départ souhaitée ou effectuer sa demande sur Internet.

La réforme de l'Agirc
Le vendredi 6 octobre 2015, les partenaires sociaux ont trouvé un accord de principe pour réduire le déficit de la caisse complémentaire Agirc. Il a été décidé que l'âge nécessaire pour toucher une retraite à taux plein sera repoussé d'une année à partir de 2019.
Avec ce système, l'âge du départ à la retraite est toujours de 62 ans pour les salariés nés à partir de janvier 2015. Le taux dépendra du nombre de trimestres cotisés (entre 166 et 172). Le taux plein de la retraite sera perçu à 63 ans. Un départ à 62 ans restera possible mais sera soumis à une décote. Celle-ci sera de 10% la première année et de 10% la seconde année. Celà signifie qu'une personne de 62 ans partant à la retraite, devra attendre une année pour toucher sa retraite à taux plein. La réforme est la même pour l'Arrco.
 
 
  Envoyer à un ami | Imprimer  
 

 
 
 

Organismes
Fiches pratiques
 Agefiph: les aides pour l'emploi des handicapés Agirc : la retraite complémentaire des cadres Arrco : la retraite complémentaire obligatoire
 AGS : obtenir son salaire dans une entreprise en difficulté Apec : trouver un emploi quand on est cadre Assurance maladie : les droits des assurés à la Sécu
 Assurance vieillesse : le système français de retraite Caisse des Français de l'étranger : la Sécu des expatriés Carsat : contacter la caisse de votre région
 Centre de formalités des entreprises (CFE) : toutes les démarches Direccte : contacter la direction de votre région Guso : comment employer un intermittent
 Halde : se défendre en cas de discrimination La CCVRP : déclarer un VRP multicarte Médecine du travail : protéger la santé des salariés
 OPCA : financer votre formation Pôle emploi : comment faire valoir ses droits Urssaf : déclaration et cotisation des employeurs
 Caf : quelles aides fournit-elle ? Chambre d'agriculture : les démarches Chambre de commerce et d'industrie (CCI)
 Chambre des métiers : les démarches Inspection du travail : signaler un abus L'Afpa : comment financer sa formation ?
 Anact : un soutien pour améliorer les conditions de travail APCE : de l'aide pour créer votre entreprise Cipav : les cotisations retraite des indépendants en 2016
 CNRACL : la retraite complémentaire des agents territoriaux Esat : trouver un établissement et service d'aide par le travail Le Code du travail, le droit des salariés et employeurs
 L'INRS pour la sécurité au travail Prime pour l'emploi (PPE) : comment en bénéficier en 2016 Prime pour l'emploi (PPE) : comment en bénéficier en 2016
 Sécurité sociale : bien se faire rembourser