Partager cet article

RSS
Rechercher un thème :
Emploi >   
Toute l'encyclo pratique

L’intéressement

Fiche pratique
DONNEZ VOTRE AVIS
L’intéressement est une mesure qui vise à associer les salariés aux résultats ou performances de l’entreprise, en leur versant une prime. Ce procédé, facultatif, peut être mis en place dans toutes les entreprises, et concerne tous les salariés.
 
 
Dernière mise à jour : août 2014
 
Qui est concerné par l’intéressement ?

L’intéressement est une mesure qui existe depuis 1959.
Toutes les entreprises peuvent mettre en place un accord d’intéressement, et cela quels que soient leur taille, leur effectif, leur statut juridique.

L’intéressement concerne tous les salariés. Néanmoins, l’accord peut exiger une ancienneté minimale. Celle-ci ne peut cependant excéder 3 mois. Pour les entreprises de moins de 250 salariés, l’employeur peut, lui aussi, bénéficier de l’intéressement.

Comment se calcule l’intéressement ?

L’intéressement peut être basé sur :
    - les résultats de l’entreprise. Dans ce cas, il est défini par rapport à des indicatifs financiers ou comptables ;
    - la performance de l’entreprise. Dans ce cas, il est évalué en fonction de l’atteinte d’objectifs, ou de l’amélioration de la productivité.



Dans tous les cas, les éléments pris en compte pour le calcul de l’intéressement doivent être objectivement mesurables.
En outre, la règle appliquée pour le calcul doit être précisément explicitée dans l’accord. Le montant global de la prime d’intéressement ne peut dépasser 20% de la totalité des salaires bruts versés.

Le montant individuel ne peut, quant à lui, excéder la moitié du plafond de la sécurité sociale, soit 18 774 € en 2014.

La répartition entre les salariés
Il existe diverses formules.
La première d’entre elles consiste à verser la même somme à tous les salariés.

Une seconde consiste à calculer la prime en fonction du salaire et/ou du temps de présence au moment de l’exercice.
En revanche, le calcul de l’intéressement, pour chaque salarié, ne peut se baser sur l’ancienneté, la qualification, le rendement, ou la situation familiale.

Dans tous les cas, ces éléments sont précisés dans l’accord.

L’accord d’intéressement
L’accord est conclu pour trois ans. Néanmoins, il peut être assorti d’avenants.
Il doit être signé avant le 1er jour du septième mois qui suit le début de l’exercice.

Exemple : Pour un intéressement basé sur l’exercice allant du 1er janvier au 31 décembre, l’accord doit être conclu avant le 1er juillet.

L’accord doit être conclu avec :
    - les délégués syndicaux  ;
    - le comité d'entreprise .


Une fois conclu, l’accord doit être communiqué dans les 15 jours à la Direccte, à défaut de quoi, les avantages fiscaux seront perdus.

Les salariés doivent être absolument informés de l’existence de cet accord. Les moyens d’information sont définis dans l’accord lui-même.

Les avantages liés à l’intéressement
L’intéressement permet à l’employeur et aux salariés de bénéficier d’avantages sociaux et fiscaux.

Ainsi, pour l’employeur, l’intéressement :
    - est déductible du bénéfice imposable de l’entreprise ;
    - est exonéré de la taxe sur les salaires et des charges patronales.

Par ailleurs, l'intéressement peut générer un crédit d'impôt pour l'entreprise dans certains cas.
En revanche, il est soumis au forfait social, dont le taux s'établit à 20%..


Pour les salariés, l’intéressement :
    - n’est pas pris en compte pour le calcul du Smic, des congés payés, des primes, des gratifications, des éventuelles indemnités de départ, car il n’est pas considéré comme un salaire ;
    - est exonéré des cotisations salariales
    - il est soumis à la CSG et la CRDS ;
    - est imposable sauf s’il est placé sur un Plan Epargne Entreprise.

Voir aussi L'intéressement sur droit-finances.net
 
 
Coordonné par Fabien Renou    Envoyer à un ami | Imprimer  
 
 
 
 

Emploi
 Contrats
Fiches pratiques
 Le contrat d’insertion – revenu minimum d’activité Le CAE : contrat d’accompagnement dans l’emploi Devenir travailleur indépendant
 Le contrat adultes-relais Le contrat d’avenir Le contrat emploi consolidé
 Le contrat emploi solidarité Le contrat initiative emploi Le Civis : contrat d’insertion dans la vie sociale
 Le contrat saisonnier Le contrat de travail temporaire Le travail de nuit
 La validité d'un licenciement La rupture du CDD (contrat de travail à durée déterminée) Les droits du salarié licencié
 L'exercice du droit de grève Le recours au contrat de travail à durée déterminée (CDD) Le contrat d'apprentissage
 La période d'essai Signer une clause de non-concurrence Donner sa démission
 La durée légale du travail Les heures supplémentaires La modification du contrat de travail

Lettres types
 Demander les motifs d’un licenciement Contester le licenciement d’une femme enceinte Demander à travailler à temps complet
 Refuser un changement de lieu de travail Refuser une mutation Lettre de démission d’un CDI
 Lettre de démission d’un contrat à durée déterminé (CDD) Lettre de démission d’un emploi jeune Demande de dispense de préavis
 Demande de dispense de préavis  
 Formation
Fiches pratiques
 Le congé individuel de formation  
 Primes et avantages
Fiches pratiques
 L’intéressement La participation La participation
 Le Plan Epargne Entreprise (PEE) Le Plan Epargne Interentreprises (PEI) 
 Représentants du personnel
Fiches pratiques
 Le comité d’entreprise Le délégué syndical Les délégués du personnel
 Saisir le conseil de prud'hommes  
 Création d'entreprise
Fiches pratiques
 Le congé pour création d’entreprise Le brevet d’invention 
 Chômage
Fiches pratiques
 L’allocation équivalent retraite L’allocation d’insertion ASS : l’allocation de solidarité spécifique
 L'Allocation d'aide au retour à l'emploi (ARE) Le Revenu Minimum d'Insertion (RMI) Chômage : les premières démarches

Lettres types
 Contester la suspension de l’allocation chômage Demande d’aide à la mobilité pour la reprise d’un emploi Demande de remise gracieuse au Pole emploi (ex Assedic)
 Signaler une absence de plus de 7 jours à l’ASSEDIC ou l’ANPE  
 Congés
Fiches pratiques
 Les congés payés : calcul, droit et et indemnité   

Lettres types
 Demander un congé pour création d’entreprise Demander un congé à temps partiel pour création d’entreprise Demander le renouvellement d’un congé pour création d’entreprise
 Demander de réintégration après un congé pour création d’entreprise Démissionner à la fin d’un congé pour création d’entreprise Demander un congé individuel de formation
 Demander la prise en charge d’un congé individuel de formation Demander un congé sans solde Demander un congé sabbatique
 Demander le report se ses congés pour cause de maladie  
 Divers
Fiches pratiques
 L'interdiction des discriminations Offre d'emploi, recrutement : les obligations de l'employeur Harcèlement sexuel

Lettres types
 Répondre à une offre d'emploi Répondre à une offre de stage Postuler dans une école
 Demander un certificat de stage Demander le paiement des heures supplémentaires Demander le déblocage anticipé des sommes dues au titre de la participation
 Demander la publication d’une annonce légale Demander une immatriculation à l’URSSAF 
 




RUBRIQUES

Tous nos articles

A VOIR EGALEMENT