Conseil en recrutement : l'horizon s'éclaircit à peine en 2015

Conseil en recrutement : l'horizon s'éclaircit à peine en 2015 Avec un chiffre d'affaires et des résultats en hausse, le secteur confirmera son rebond de l'an dernier mais restera à des niveaux d'activité faibles.

Depuis l'éclatement de la crise économique en 2007, les professionnels du conseil en recrutement en France alternent les années noires… avec les années grises : la violente chute du chiffre d'affaires du secteur en 2009 (-25%) est loin d'avoir été compensée par les améliorations de 2010 (+18%) et 2011 (+9%), qui ont précédé deux nouvelles années de baisse. Et 2014 n'a apporté qu'un très timide sursaut : +2%, pas un demi-point de plus. Que réserve 2015 ?  Une nouvelle hausse modérée de 3% du CA du secteur, selon la récente étude Xerfi "Le conseil en recrutement", dont sont issus ces chiffres. En images, cela donne ça :

Comme le premier graphique le montre bien, le niveau d'activité des professionnels du recrutement en 2015 reste largement inférieur à celui d'avant 2009. Mais ces derniers pourront se consoler (un peu) en s'attardant sur leur niveau d'excédent brut d'exploitation (EBE), qui devrait atteindre 5% en 2015, selon Xerfi. Un chiffre positif pour la sixième année consécutive et en hausse pour la seconde fois d'affilée.

Et dans la foulée de l'amélioration du taux d'EBE, écrivent les auteurs de l'étude, "le taux de résultat net des cabinets de conseil en recrutement est reparti à la hausse depuis 2014". Une tendance favorable que Xerfi explique ainsi : "Dans un contexte de reprise d’activité, le poids de leurs frais de personnel et des AACE (autres achats et charges externes, NDLR) dans le chiffre d’affaires des opérateurs du secteur a reculé au cours des deux dernières années".

Un "contexte de reprise" qui se traduit notamment par l'augmentation de 2% du nombre de recrutements de cadres anticipée par Xerfi en 2015. Les embauches seront poussées "par l’amélioration (certes poussive) de la conjoncture économique en France et une reprise plus franche de l’investissement (…), notamment grâce au crédit d’impôt compétitivité emploi. (…) Les évolutions technologiques de plus en plus rapides engendrent également des mutations importantes au sein de certains secteurs et donc des besoins élevés de recrutement". L'informatique, les télécoms, l’audit-conseil, la banque-finance ou encore l’aéronautique devraient profiter de l'embellie en matière d'emploi.

Autant de nouvelles encourageantes qui ne feront pas oublier aux professionnels que, comme le montre le graphique ci-dessus, la rentabilité demeure à des niveaux bien faibles par rapport à ce qu'a pu connaître le secteur. L'horizon s'éclaircit mais le ciel reste gris.

Source

L'étude "Le conseil en recrutement" est publiée par Xerfi, éditeur indépendant d'études économiques sectorielles.

Chiffre d'affaires / Excédent brut d'exploitation

Annonces Google