Arnaud Devigne (Indeed) "Nous lancerons l'offre Indeed Prime début 2017"

Le moteur de recherche veut se spécialiser dans le recrutement de cadres travaillant dans des secteurs en tension grâce à ses data et devenir la référence en matière de e-RH.

JDN. Vous prévoyez de doubler vos effectifs pour l'année à venir. Comment comptez-vous y parvenir ?

Arnaud Devigne est PDG d'Indeed France. © Indeed

Arnaud Devigne. En nous basant sur ce qui nous distingue de la concurrence. Depuis 2015, nous avons déployé en France notre système nommé "l'offre à la performance".

Le concept est simple. Les entreprises ne paient rien pour diffuser une offre d'emploi sur notre plateforme. Nous facturons au clic sur l'annonce en nous basant sur un algorithme complexe qui prend en compte la rareté de l'offre. Heureusement car sinon nous facturerions très cher les clients qui diffusent des annonces pour des postes très recherchés par les demandeurs d'emplois. Et nous ne gagnerions rien avec des profils très rares.

Cette technique fait très fortement baisser le CPH (Cost per Hired, NDLR) et ça commence à se savoir chez les recruteurs puisque cette année, nous avons une croissance à trois chiffres.

 

Selon les données Médiamétrie, vous êtes le second joboard de France derrière Pôle emploi. Pourtant, par rapport à Linkedin ou l'Apec, vous n'êtes pas identifié comme acteur clé sur l'emploi des cadres. Quelle stratégie comptez-vous développer ?

En réalité, Indeed référence bien plus d'offres d'emploi pour les cadres que nos concurrents. Le problème, c'est que le grand public ne le sait pas car nous n'avons pas pris l'habitude de communiquer. Mais les choses commencent à changer. En novembre 2015 nous avons lancé une campagne publicitaire sur certaines chaînes, dont BFMTV qui a un public essentiellement composé de cadres. Nous avons reconduit la campagne en mai. En juin, nous avons lancé une campagne d'affichage digital dans le métro parisien.

 

Au delà de la simple communication, vous souhaitez également développer de nouvelles offres. Lesquelles ?

Nous souhaitons effectivement lancer de nouvelles offres qui mélangent data et humain pour nous spécialiser dans le recrutement de cadres travaillant dans des secteurs en tension. Début 2017, nous allons lancer en France l'offre Indeed Prime.

"Au delà des profils high tech, nous souhaitons aussi utiliser Prime pour les fonctions commerciales"

Le concept est simple : une entreprise recherche un profil de cadre high tech : Ux designer, développeur, data analyst… Elle appelle un chasseur de tête Indeed et définit ses attentes. Par exemple un développeur web de trois années d'expérience qui maîtrise Python. Puis, nous recherchons les perles rares dans notre banque de CV française qui comporte 2,4 millions de dossiers. Nous lui sélectionnons deux ou trois candidats. C'est ce que j'appelle la stratégie de la frappe chirurgicale. Pour le moment, l'offre a été lancée aux Etats-Unis il y a quelques semaines et ça démarre fort. A terme, au delà des profils high tech, nous pensons utiliser Prime pour les fonctions commerciales qui sont elles aussi en tension.

 

Vous souhaitez aussi devenir un acteur central dans la digitalisation du marché du travail. Comment ?

Nous avons la chance de posséder en interne un Hiring Lab basé en Irlande. C'est un pôle d'économistes qui analyse toutes les données recueillies sur Indeed. Il a vocation à devenir le think tank de la digitalisation du marché du travail et de la e-RH. Nous souhaitons utiliser ces données pour analyser à l'échelle mondiale et nationale les grandes transformations qui sont à l'œuvre sur le marché du travail : digitalisation des recruteurs, recrutement sur mobile, rôle des réseaux sociaux, métiers en pénurie…

 

"Notre Hiring Lab a vocation à devenir le think tank de la digitalisation du marché du travail"

Notre but est de conduire des études que nous divulguerons lors de conférences. La première est prévue pour septembre. Nous ne vendrons jamais ces données.

Mais nous aimerions les partager avec des professionnels des ressources humaines mais aussi les pouvoirs publics pour les aider dans les politiques publiques de lutte contre le chômage.

 

Votre volonté d'innovation passe-t-elle par l'acquisition de start-up spécialisées dans la e-RH ?

Notre maison mère, le japonais Recruit, a une forte culture de l'acquisition. Pour le moment, nos talents internes nous suffisent. Mais nous ne nous interdisons rien, que ce soit des start-up du recrutement mais aussi des agences média.

 

Et aussi

 

Recrutement / Moteur de recherche