Microsoft et Facebook vont-ils ubériser le recrutement ?

Microsoft et Facebook vont-ils ubériser le recrutement ? Big Data, intelligence artificielle et bots s'imposent peu à peu dans les entreprises. Du pain béni pour les deux géants de la tech qui ont toutes les cartes en main pour révolutionner les RH.

Sourcing de candidats, processus de recrutement, recherche d'emploi, mobilité interne… le digital est de plus en plus présent dans le secteur des ressources humaines, en témoigne la bonne santé des start-up de l'e-RH qui multiplient les levées de fonds depuis deux ans. Mais ces dernières pourraient bien être ubérisées par deux géants de la tech US : Microsoft et Facebook.

Selon l'étude "le marché du recrutement" réalisée par notre partenaire Xerfi, Microsoft possède toutes les cartes en main pour devenir à moyen terme le principal acteur du marché du recrutement. Selon les experts de Xerfi, la multinationale dirigée par Satya Nadella dispose ainsi de toutes les briques nécessaires :

  • Expertise en intelligence artificielle et en conception d'algorithmes : avec Microsoft Cognitive Services et Maluuba, la firme fondée par Bill Gates est déjà en avance par rapport à ses concurrents.
  • Recrutement vidéo : Skype fait partie intégrante du groupe Microsoft qui a donc une force de frappe certaine en matière de recrutement vidéo.
  • Un système d'exploitation de référence : Windows est en situation de quasi-monopole sur le marché des OS professionnels.
  • Réseau social professionnel : Microsoft possède LinkedIn depuis juin 2016. Or, avec plus de 500 millions d'utilisateurs dans le monde, le groupe fondé par Reid Hoffman accentue peu à peu son rang de leader mondial du secteur.
Microsoft a tous les atouts pour disrupter le recrutement. © Xerfi

Selon Xerfi, Microsoft est donc potentiellement en mesure de fournir aux recruteurs des outils en matière de recrutement prédictif et d'intelligence conversationnelle.

  • Recrutement prédictif : Le savoir-faire de Microsoft en matière de création d'algorithmes est réel. Or, ces derniers peuvent utiliser les données issues de profils LinkedIn afin de prédire l'adéquation entre les attentes d'une entreprise et les 500 millions de membres présents sur le réseau social professionnel.
  • Intelligence conversationnelle : L'étude Xerfi souligne que Microsoft est en mesure de créer des chatbots vocaux et textuels qui peuvent être intégrés sur LinkedIn ou Skype. Ce qui pourrait à terme "substituer en partie l'intervention humaine pour évaluer l'adéquation d'un candidat avec la culture d'entreprise, puis de le sélectionner".

Facebook peut également tirer son épingle du jeu et devenir à moyen terme un ubérisateur du recrutement. Son service Facebook Jobs expérimenté aux Etats-Unis depuis fin février 2017 permet aux entreprises de relayer des offres d'emploi sur leurs pages dédiées. Si ce service est étendu au niveau mondial, la firme de Mark Zuckerberg pourrait devenir incontournable aux yeux des PME et des TPE qui cherchent à recruter localement. Les experts de Xerfi soulignent que Facebook possède plusieurs atouts par rapport à la concurrence :

  • Audience colossale
  • Capacité d'investissement
  • Simplicité d'utilisation
  • Expertise en matière de traitement de données
  • En France, des jobboards régionaux tels que leboncoin mais aussi des cabinets de recrutement pourraient se retrouver court-circuités.

Source:
L'étude "Le marché du recrutement" est publiée par Xerfi, éditeur indépendant d'études économiques sectorielles.

Et aussi

Microsoft / Facebook