Débaucher sans risque le salarié d'un concurrent Une pratique qui a ses inconvénients

Si elle rassure le recruteur autant, parfois, que le transfuge lui-même, la pratique du débauchage comporte plusieurs limitations.

Retourner sa veste n'est pas toujours facile

"Un écueil notamment est sous-estimé dans le monde commercial, juge Thierry Mercier. On va demander à quelqu'un qui disait du bien de son produit et du mal du vôtre de faire l'inverse." Lorsqu'un DRH ou un directeur financier vient de la concurrence, cela n'a aucune importance. "Mais pour le commercial, cela ne fonctionnera que s'il a des raisons rationnelles de passer à la concurrence : il s'y occupera d'un périmètre plus large, il aura plus d'autonomie, la gamme de produits sera plus à jour..."

"Le DRH peut avoir un travail à faire pour que la greffe prenne"

Des difficultés d'intégration

D'autre part, une fois en poste chez son nouvel employeur, le collaborateur débauché peut être mal accepté précisément parce qu'il vient de la concurrence. "Le DRH peut avoir un travail à faire pour que la greffe prenne. Souvent, on va attendre au tournant le nouveau venu, qui de son côté pourra très bien ne pas vouloir adopter de nouvelles méthodes de travail. Mais il arrive souvent aussi qu'il parte de son ancienne société sur un succès et que les équipes de son nouvel employeur soient heureuses qu'il les rejoigne." Finalement, quelqu'un qui vient de la concurrence arrive aussi avec des facteurs d'échec. Il sera parfois bon de l'accompagner, par exemple par un coaching de quelques mois.

Recrutement