Comment réagir face au départ d'un collaborateur précieux ? Définir le profil-type du remplaçant

interdiction pour les entreprises de rater son processus de recrutement.
Interdiction pour les entreprises de rater son processus de recrutement. © apops - Fotolia.com

Pendant cette période de latence suivant le départ de ce collaborateur précieux doit se lancer, en parallèle, le processus de recrutement pour pourvoir au plus vite cette place vacante. 

Cette quête se traduit bien souvent par la recherche d'un "clonage" des salariés : les équipes préfèreront prendre un candidat aussi similaire que possible au partant plutôt que du sang neuf, choix effectué par "près de 60% des recruteurs" selon Jacques Garancher. "La crise accroit la peur de rater son recrutement et, par conséquent, les entreprises continuent à jeter leur dévolu sur des clones". La prudence est telle que "certaines entreprises ne recrutent des personnes à des postes commerciaux que si elles viennent déjà avec un portefeuille clients", illustre Jacques Garancher.

Dans tous les cas, un travail de réflexion sur la position vacante doit être entrepris au préalable : "si la personne part en raison de la configuration du poste (hiérarchie, salaire, ambiance, moyens...), il faut modifier au préalable la cause de ce mal au sein de l'entreprise", explique Jacques Garancher, sous peine de voir la situation se répéter à nouveau.

Recrutement