Comment réagir face au départ d'un collaborateur précieux ? Comment éviter que cette situation se reproduise ?

la transmission des compétences doit être au cœur de l'esprit de l'entreprise.
La transmission des compétences doit être au cœur de l'esprit de l'entreprise. © laurent hamels - fotolia.com

Rien de mieux pour empêcher ce type de situation que l'anticipation. Premier axe : la transmission des compétences. Michel Dumont se place contre la spécialisation accrue des parcours et suggère au contraire que "tout le monde ait un périmètre d'action généraliste". Si les connaissances de chacun sont partagées, le départ de l'un ou l'autre des collaborateurs posera moins de problèmes.

Attention permanente

Le manager se doit d'être particulièrement vigilant : "il est souvent le dernier informé" du départ du salarié, explique Michel Dumont. Dès les premiers bruits ou rumeurs, le responsable doit anticiper la transmission de ces compétences. Il peut par exemple mettre le collaborateur dans une position difficile, surtout s'il n'a pas annoncé officiellement son départ. "Tout est question de finesse et de psychologie, estime Michel Dumont. Par exemple, on peut lui dire qu'un collègue a besoin de tel type de compétence pour le développement de son département et lui demander s'il pourrait la lui transmettre". Il n'aura alors que deux options : obéir et ainsi enlever une épine du pied de son entreprise ou, s'il refuse, être mal à l'aise car il devra justifier sa position...

Les dirigeants doivent aussi avoir en tête qu'un salarié désire rarement rester au même poste pendant toute sa vie professionnelle. "Les cadres se lassent dans une période de 3 à 5 ans" précise Jacques Garancher, qui considère qu'"il faut mieux déplacer un talent plutôt que de le perdre".

Recrutement