Enquête
 
27/02/2008

Les spécificités de l'entretien d'embauche à la française

Combien de temps dure un entretien d'embauche ? Quelle attention est portée au CV ? Qui les candidats rencontrent-ils ? Une enquête de Robert Half compare les pratiques en la matière de 17 pays du monde.
 EnvoyerImprimer 

Une durée très variable

La durée moyenne d'un entretien de recrutement est généralement comprise entre 30 et 60 minutes. C'est en Espagne qu'il est le plus bref - une demi-heure voire moins pour 78 % des responsables interrogés - devant la République Tchèque (62 %) et l'Italie (58 %). En France, 34 % des responsables y consacrent 30 minutes, 36 % une heure et 11 % une heure et demie… de même qu'au Luxembourg (14 %), en Suisse (15 %) et à Hong Kong (16 %). Au Royaume-Uni (45 %), aux Pays-Bas (57 %) et en Irlande (61 %), le premier entretien de recrutement est manifestement plus long, puisqu'une heure entière lui est consacrée.

 

Le futur manager, à rencontrer absolument

D'après 80 % des responsables interrogés, tous pays confondus, les candidats doivent absolument rencontrer…

» leur futur manager - tendance particulièrement nette au Luxembourg (95 %), au Japon et aux Pays-Bas (81 %), en Allemagne (89 %), en France (86 %) et en Belgique (79 %),

» leurs futurs collègues - en particulier en Nouvelle Zélande (60 %), au Canada (54 %), en Allemagne (51 %) et en France (48 %),

» le responsable des ressources humaines - surtout au Luxembourg (86 %), en Irlande (81 %), en France (69 %) et en Belgique (64 %).

 

Le CV, un sésame souvent enjolivé

Premier contact avec le recruteur, c'est souvent sur la base du CV que se décide la tenue de l'entretien d'embauche. Une raison qui en pousse plus d'un à "embellir" leur curriculum, à en juger par les réponses recueillies. En effet, si 37 % des responsables interrogés jugent que les CV qu'ils reçoivent sont conformes à la réalité, 53 % relèvent des exagérations. C'est ainsi le cas en Espagne (72 %), au Royaume-Uni (69 %), en Italie (62 %), au Canada (59 %) et en France (50 %). L'enquête de Robert Half recense les éléments les plus souvent enjolivés par les candidats :

» le contenu des postes précédemment occupés, pour 70 %, en moyenne, des responsables interrogés (82 % au Royaume Uni, 81 % aux Pays-Bas, 66 % en Espagne et 65 % en France, en Belgique et en Suisse),

» les capacités en management, d'après 57 % des réponses obtenues (72 % en Australie, 70 % aux Pays-Bas, 62 % au Canada, 61 % au Royaume-Uni, 60 % en Suisse et 43 % en France),

» les compétences techniques, pour 51 % des répondants à l'enquête (65 % en Suisse, 62 % en Allemagne, 61 % en Australie, 58 % aux Etats-Unis et 46 % en France),

» le salaire, pour 42 % des répondants (en particulier au Royaume-Uni - 54 % -, aux Pays-Bas - 50 % -, en Suisse - 50 %-, en Allemagne - 47 % - et en France - 45 %).

Ensuite, mais dans une moindre mesure, les candidats exagèrent leur maîtrise des outils informatiques (35 % des réponses), des langues étrangères ou encore les diplômes obtenus et les formations suivies (24 %).

 

Pour autant, les recruteurs ne cherchent pas toujours à valider les compétences des candidats qu'ils reçoivent, puisque 28 % d'entre eux n'utilisent jamais de tests (ils sont 36 % en France, 39 % en Espagne, 41 % en Irlande et 43 % en Italie). 39 % des responsables interrogés en utilisent occasionnellement afin de vérifier certains points (45 % en Allemagne, 48 % à Hong Kong, 57 % au Japon).

 

Pour les candidats, l'évolution de carrière est le premier critère de choix

Les candidats demeurent exigeants quant aux offres qui leur sont proposées. L'enquête de Robert Half constate qu'aujourd'hui, ils sont beaucoup plus attentifs aux éléments suivants :

» l'évolution de carrière offerte par l'entreprise (71 % des réponses tous pays confondus),

» le contenu du poste à pourvoir (66 %),

» l'environnement de travail (65 %),

» les possibilités de formation (60 %).

L'expérience internationale qu'ils pourraient acquérir au sein de l'entreprise semble être de bien moindre importance que ces autres critères (28 %).

 

En France, l'entretien d'embauche typique...

Dans l'Hexagone, le premier entretien dure entre 30 et 60 minutes (70 % des réponses). 50 % des CV seraient embellis, notamment pour ce qui concerne les expériences antérieures (65 %), les compétences techniques (46 %) et le salaire (45 %). Les candidats se montrent particulièrement sensibles à l'environnement de travail (64 %) et aux possibilités d'évolution (74 %). Enfin, l'entretien d'embauche se déroule avec le futur manager (dans 86 % des cas), le responsable des ressources humaines (69 %) et les futurs collègues (48 %).

 

 
Méthodologie
 
 

Spécialiste du recrutement permanent et temporaire, Robert Half Finance & Comptabilité a interrogé environ 5.000 directeurs financiers et directeurs des ressources humaines sur les entretiens d'embauche qu'ils conduisent. Un échantillon représentatif d'entreprises (taille, secteurs d'activité) a été constitué dans 17 pays (Australie, Belgique, Canada, France, République Tchèque, Allemagne, Hong Kong, Irlande, Italie, Japon, Luxembourg, Nouvelle Zélande, Espagne, Suisse, Pays-Bas, Royaume-Uni, Etats-Unis).

 

 

En savoir plus Le site de Robert Half

 


JDN ManagementEnvoyerImprimerHaut de page
A VOIR EGALEMENT

Sondage

Selon vous, faut-il supprimer deux jours fériés comme le propose le Medef ?

Tous les sondages

BOURSE

RUBRIQUES

Tous nos articles

Partager cet article

RSS