Le DIF dope les formations en développement personnel Les formations métier sont les plus suivies

Les formations les plus suivies, de loin, sont celles qui permettent d'acquérir des compétences techniques liées à son métier. En effet, sur les 592 répondants à l'enquête de JDN Management, la moitié a réalisé une telle formation au cours des cinq dernières années.

 

A cela, Jérôme Lesage voit une explication très simple : "Beaucoup de sociétés ont aujourd'hui des plans de formation. Les entreprises privées dépensent en moyenne 2,3 % de leur masse salariale en formation professionnelle, et beaucoup plus dans les grands groupes - 6 % chez Renault par exemple. La prédominance des formations métier est donc logique, puisque les entreprises en sont à l'initiative. Le management étant également une forme de compétence technique, ses 30 % s'expliquent de la même façon."

 

Quant aux formations en développement personnel, qui ont été dispensées à un répondant sur cinq au cours des cinq dernières années, leur très forte progression est à imputer au DIF (droit individuel à la formation).

 

"Les demandes de DIF (depuis le 1er janvier CPF) concernent généralement le développement personnel, explique Jérôme Lesage. Si je schématise, les salariés demandent des cours de cuisine ou de macramé et l'entreprise qui finance la formation demande des domaines en rapport avec le travail. La bureautique et les formations techniques étant réservées au plan de formation, employeurs et salariés se retrouvent sur le développement personnel dans une logique gagnant-gagnant." D'après le spécialiste, la "mouvance psy" de ces dernières années, qui pousse à réfléchir sur soi-même et ses relations interpersonnelles, ne fait que conforter cette tendance.

Autour du même sujet