Le DIF dope les formations en développement personnel Un bon niveau de satisfaction des salariés

Un chiffre viendra réconforter les responsables formation : 62 % des répondants jugent que les sessions qu'ils ont suivies les ont aidé dans l'exercice de leur métier. Un score plus qu'honorable, que Jérôme Lesage estime rien moins que naturel. "L'être humain aime apprendre. C'est pour le salarié une manière de s'élever, de prendre du recul par rapport au quotidien. Au point qu'en sortant d'une formation, on est souvent dans un état d'excitation qui fausse un peu l'évaluation à chaud de la formation..."

 

Maintenir son employabilité constitue aussi un critère important dans le désir de formation des salariés, même s'il n'est pas le principal.

 

Reste que plus d'un répondant sur trois juge les formations qu'il a suivies soit décevantes soit inapplicables. Une proportion non négligeable qui pose la question du retour sur investissement. "Il est très complexe à évaluer, cela nous fait manipuler des concepts obscurs, en particulier pour évaluer le ROI des formations comportementales."

Retour sur investissement