Le ministre du Budget déclare la guerre aux fraudes sociales

En ouverture de la conférence sur les fraudes sociales, Eric Woerth a fait le point sur les mesures engagées pour lutter contre les fraudes sur les prestations sociales et donner les nouveaux leviers d'actions pour 2009. Les fraudes à l'assurance-maladie sont notamment dans la ligne de mire du ministre. Un croisement de différents fichiers d'ici la fin de l'année devrait ainsi permettre de repérer les salariés qui travaillent à l'étranger mais qui conservent indûment une couverture maladie en France. Il est également prévu de comparer la liste des bénéficiaires d'indemnités journalières d'arrêt maladie avec celle des remboursements de soins et de médicaments, pour repérer les faux arrêts-maladie.

Il sera aussi question de lutter contre les fraudes aux indemnisations chômage, en détectant la création de "kits Unedic". Le ministre souhaite que soient automatiquement repérés les dossiers présentant des "situations atypiques", par exemple des "demandes d'indemnisation qui présentent trop de similitudes pour que ce soit le fait du hasard" (même société, même salaire, même période d'emploi…) et qui pourraient cacher une personne qui vend des kits d'indemnisation.

Enfin, le travail dissimulé reste une priorité pour Eric Woerth. Le ministre s'est réjoui des résultats obtenus par la création du redressement forfaitaire d'un employeur qui ne peut prouver qu'il a embauché un salarié de manière régulière. Il s'agit d'une amende de 3 500 euros qui a rapporté depuis le début de l'été 1,3 million d'euros. Pour poursuivre cette lutte, le ministre a promis plus de contrôles dans les secteurs qui présentent des taux d'infraction plus élevés que la moyenne. Il a plus particulièrement cité le gardiennage, le déménagement et le nettoyage industriel. En revanche, il a mentionné les efforts accomplis par le BTP.

Eric Woerth / Indemnités journalières