Knorr veut envoyer des salariés alsaciens travailler en Pologne

La filiale du groupe Unilever vient de faire une proposition de mobilité interne à une trentaine de salariés de son site alsacien. Ces derniers se seraient en effet vus offrir des postes en Pologne et en Allemagne. Cadres et agents de maîtrise devraient se satisfaire des conditions salariales du pays d'accueil, soit un salaire en moyenne divisé par cinq pour ceux qui choisiraient la Pologne. A la direction de la communication d'Unilever France, on précise que les candidats au départ toucheront pendant 3 ans une "prime d'intégration" destinée à leur permettre de conserver leur niveau de vie.

Annonces Google