Des primes coquettes pour la rémunération au mérite des fonctionnaires

Instituée à partir de 2009, la rémunération au mérite des fonctionnaires devrait toucher progressivement les 200 000 agents de l'Etat de la filière administrative d'ici 2012. La "prime de fonction et de résultats" (PFR) définie cet été par accord avec les partenaires sociaux  viendra en remplacement des primes existantes afin de simplifier les modes de rémunération d'une administration à l'autre. Elle se divisera en deux parties : une première, dite prime de "fonction" (environ 60 % du total) sera définie par chaque ministère selon le poste occupé. La seconde partie, dite prime de "résultats", sera strictement individuelle et totalement variable (40 % du total). Son montant sera défini à l'issue d'un entretien annuel d'évaluation. Le secrétaire d'Etat chargé de la Fonction publique, André Santini, a cependant promis qu'aucune rémunération ne baisserait. Les hausses pourront cependant être moins importantes qu'avec l'ancien système. Selon Bercy, le barème prévoit une prime de "fonction" de 1 750 euros à 21.000 euros pour les attachés, le personnel le plus qualifié, ainsi qu'une prime de "résultats" pouvant aller jusqu'à 14 400 euros. Dans l'administration centrale, le montant moyen de la prime de résultats devrait être compris entre 1 700 euros et 2 400 euros. La PFR sera financée en puisant dans les économies réalisées par le non-remplacement d'un départ à la retraite de fonctionnaire sur deux.

Autour du même sujet